Cinq joueurs en lice et les 24 ans de Justine<:b>

Paris Les supporters belges qui ont achetés des places pour ce jeudi seront comblés ! Si la météo est favorable, ils pourront voir, au gré de leur promenade dans les allées de Roland-Garros, les cinq joueurs nationaux encore en lice : Justine Henin et Kim Clijsters chez les dames, Dick Norman, Olivier et Christophe Rochus chez les hommes. Un véritable jeudi gras !

Tout Roland-Garros 2006 sur notre site spécial

Pour Justine Henin, ce match du deuxième tour face à la Biélorusse Anastasiya Yakimova dégagera un petit parfum particulier. C’est ce jeudi, en effet, que la Rochefortoise fêtera son 24e anniversaire ! Nul n’imagine évidemment que la tenante du titre ne fête pas l’événement par une belle victoire, histoire de pouvoir ensuite souffler les bougies en compagnie de ses proches avec un grand sourire. Ce mois de juin marque également pour la championne belge le dixième anniversaire du début de sa collaboration avec Carlos Rodriguez. Dix ans d’une exceptionnelle complicité entre deux personnalités pourtant très différentes. Et tout indique que Henin terminera sa carrière avec Rodriguez pour guide et mentor.
Ne comptez pas cependant sur l’ex-demoiselle de Rochefort pour se laisser distraire par ces différents anniversaires !

La Namuroise est, plus que jamais, dans son tournoi. “Un Grand Chelem, c’est quinze jours d’une totale concentration. Pour le gagner, il faut tenir le coup mentalement et physiquement. Rester dans sa bulle et, surtout, dans le présent. Il ne sert à rien de regarder trop loin dans le tableau. Chaque fois que je l’ai fait, j’ai eu de mauvaises surprises”, répète-t-elle, un zeste de superstition dans la voix.

À Paris, Justine a ses habitudes. Elle séjourne systématiquement dans le même hôtel près de la Porte Maillot, fréquente les mêmes restaurants en compagnie de sa garde rapprochée. Son mari Pierre-Yves, son coach Carlos Rodriguez et, éventuellement, quelques amis comme l’humoriste François Pirette, déjà présent mardi. “À Roland, je me sens un peu chez moi. C’est le tournoi où j’ai ressenti les plus grosses émotions de ma carrière”, ajoute-t-elle.


Kim Clijsters, qui sera opposée à l’Espagnole Conchita Martinez-Granados (à ne pas confondre avec son homonyme, ancienne lauréate de Wimbledon), apprécie aussi le tournoi. “Oh, bien sûr, la terre battue n’est pas ma surface favorite. Mais j’ai quand même atteint deux fois la finale. Et puis, j’aime beaucoup l’am biance de Paris. Surtout cette année car je me sens beaucoup plus relax”, confie la Limbourgeoise, accompagnée dans la Ville Lumière de son fiancé Bryan et de son père Lei.
Si nos deux grandes championnes attirent toujours l’essentiel des regards des supporters belges, les garçons gagnent aussi, au fil des ans, en popularité. Et il ne faut pas être grand clerc pour deviner qu’ils bénéficieront tout à l’heure d’un soutien massif. “À Roland, j’ai parfois l’impression de jouer un match de Coupe Davis à domicile”, sourit Olivier Rochus, qui affrontera le Tchèque Vanek. “J’avoue que les encouragements m’ont beaucoup aidé dans ma remontée, mardi, face à Johansson”, poursuit son frère Christophe qui sera opposé à l’Espagnol Ruben Ramirez Hidalgo. Le seul qui risque de ne pas avoir le public dans sa poche, c’est Dick Norman. Le géant de Waregem sera en effet opposé au joueur français Gaël Monfils. Mais n’imaginez pas que ce détail inquiète le moins du monde le Flandrien ! À 35 ans, Norman est devenu plus philosophe que jamais et croque la vie comme elle vient. “Ce sera un match sympa”, glisse-t-il.