L'ancien n°1 belge lui a présenté ses excuses


Lettre ouverte à Justine

Justine, Je souhaiterais m'excuser auprès de toi et de ton entourage. Je
n'ai jamais souhaité que mes paroles jettent une ombre sur ta fantastique victoire à New York. J'ai été naïf et je n'ai pas mesuré l'importance que pouvait prendre de tels propos.

Les journalistes m'ont interrogé des dizaines de fois cette année à propos de toi et Kim. Cette fois encore j'ai glissé un mot à la presse à propos d'un sujet éminemment délicat. J'ai répondu à cette question avec mes tripes plutôt qu'avec ma tête. J'aurai sans doute mieux fait de préciser mes propos, ou mieux encore, d'observer le silence.

Je n'ai jamais imaginé l'ampleur qu'allait prendre cette histoire. Fort de
mon expérience, je travaille actuellement dans le domaine journalistique,
j'aurais dû savoir que les journalistes allaient s'en emparer. La pensée du dopage en tant que tel ne m'a jamais effleuré l'esprit, j'ai plutôt fait
allusion aux suppléments énergétiques comme la créatine pour expliquer la spectaculaire métamorphose musculaire. Mais cette allusion même était de trop. J'ai commis une lourde faute professionnelle et je me sens mal.

Tu as fait preuve d'une grande maturité lors de ta réaction à Zaventem,
signe d'une grande stabilité mentale. J'apprécie moins par contre la
réaction de Carlos. Que je souhaite relancer ma carrière en proférant
pareils propos, je lui laisse la responsabilité de ses paroles. Que je sois
mentalement fragile, ce qui est par ailleurs hors de propos, ça ne me pose guère plus de problème.

Mais affirmer que j'étais un fainéant à l'entraînement, je ne peux
l'accepter. Peut-être mon comportement supposait-il cela. Mais il ne se
trouve personne parmi mes collègues, coaches, et entraîneur physique pour appuyer cette thèse. Carlos a réagi à chaud sur un sujet délicat, en commettant tout comme moi une certaine imprudence. Nous faisons des déclarations à propos de choses que nous n'avons pas vues de nos propres eux. C'est manifetement une grande erreur. Maintenant je l'ai bien compris.