Justine et Kim doivent déjà penser à Wimbledon...

Ce jeudi: le Belge Norman sorti par Hewitt au terme d'une grande prestation

BRUXELLES Elles n'auront pas eu l'occasion de savourer leur exploit bien longtemps. Il est vrai, aussi, que la terre ne s'arrête pas de tourner et que les circuits ATP et WTA n'attendent pas. Dès ce jeudi, Justine Henin-Hardenne et Kim Clijsters ressortiront déjà leur raquette des housses pour préparer Wimbledon!
La lauréate de Roland-Garros le fera tranquillement à Bruxelles, au privé, chez un ami de Carlos Rodriguez, sur un terrain en gazon synthétique. La Limbourgeoise, elle, a pris le chemin de Rosmalen, dans la banlieue de Den Bosch, pour déjà effectuer ses premiers ajustements sur le gazon.

La semaine infernale

Les deux joueuses sont supposées participer, dès la semaine prochaine, au tournoi néerlandais, qui sert d'ultime répétition pour la levée du Grand Chelem londonienne, programmée du 23 juin au 6 juillet. Victorieuse du tournoi il y a deux ans contre Kim et demi-finaliste l'an dernier, où elle gâcha six balles de match contre la Grecque Eleni Daniilidou, Justine Henin, cela dit, pourrait faire l'impasse cette fois-ci.
«Justine a vraiment besoin de repos, car les derniers jours se sont révélés éreintants, confie ainsi Pierre-Yves Hardenne, son mari-manager, dont le téléphone n'a cessé de sonner depuis ce fameux samedi 7 juin. Les obligations protocolaires qui ont suivi sa victoire à Paris lui ont pompé beaucoup d'énergie.»
«Je plaide pour qu'elle dispute un tournoi avant Wimbledon, de manière à avoir des repères sur le gazon, mais il faudra voir comme elle se sent après les premiers entraînements, glisse, pour sa part, Carlos Rodriguez, son coach. Avec la main qu'elle a, l'adaptation ne devrait pas être trop difficile, mais c'est au niveau physique qu'il faut faire attention car les appuis doivent être nettement plus fléchis. Mais bon, elle veut jouer. C'est donc bon signe...»

Après une réception inoubliable à l'hôtel de ville de Bruxelles, devant une Grand-Place noire de monde, l'Ardennaise attendra sans doute son retour de Wimbledon pour être fêtée à Rochefort et à Marloie. Tout juste en a-t-elle profité pour aller jeter un petit coup d'oeil, à Wépion, à l'aménagement de son nouvel appartement, un duplex dans lequel elle s'installera, si tout va bien, dans le courant du mois de juillet. Ce jeudi soir, à 18h, à La Louvière, elle participera alors à l'enregistrement, prévu de longue date, des émissions radio hebdomadaires de la RTBF, La Semaine Infernale et Le Jeu des Dictionnaires.

Tournée générale

Kim Clijsters, elle, a déjà été accueillie en triomphe dans son village natal de Bree. Comme il y a deux ans, après sa première finale de Roland-Garros perdue 12-10 au troisième set contre Jennifer Capriati, le Vrijthof était rempli avec un public de 1.500 supporters, mardi soir sur le coup de 20h. Kimmeke ne serait d'ailleurs pas Kimmeke si elle n'avait fait une entorse au protocole en disparaissant dans la foule pour souhaiter la bienvenue à Rosalieke Gysen qui, avec ses 102 ans, est sa supportrice la plus âgée à Bree...
«Je me sens vraiment bien ici, confia-t-elle au micro, depuis le podium aménagé par le bourgmestre Jaak Gabriëls. Je peux m'y ressourcer tranquillement. Et vous savez quoi? Pour vous remercier de votre soutien, je vous offre une tournée générale! Laissez-vous aller, c'est moi qui paye. J'espère que j'aurai encore un jour une autre occasion de me retrouver devant vous...»
Qui sait, ce sera peut-être pour après Wimbledon? Avec son type de tennis, cela n'étonnerait personne...

© Les Sports 2003