Comme Novak Djokovic ou Andy Murray, de nombreux joueurs hésitent depuis des semaines à se rendre à New York pour disputer l’US Open à cause d’une mesure : la quarantaine obligatoire lors du retour en Europe. Une quarantaine qui empêcherait les joueurs et joueuses présents aux USA de préparer correctement Roland-Garros. 

A la recherche d’une solution, l’USTA (la fédération américaine de tennis), l’ATP et la WTA ont trouvé un sauveur : le gouvernement italien. Dans un arrêté du sept août, le Premier Ministre italien a fait annuler la quarantaine pour les athlètes de haut niveau. Ceux-ci devront seulement se soumettre dans les 48 heures à un test Covid-19. S’il est négatif, ils pourront participer à une compétition sur le territoire transalpin. 

Ce qui veut dire qu’il sera possible pour les joueurs de participer à l’US Open (31 août au 13 septembre), Rome (20 au 27 septembre) puis Roland-Garros (27 septembre au 11 octobre). Voilà une épine de moins dans le pied des organisateurs de l’US Open.