Respectivement 30e et 31e au ranking ATP en double, Joran Vliegen et Sander Gillé partiront avec l’étiquette de favoris collée dans leur dos lors de la rencontre de double qui va ouvrir la journée de dimanche et qui doit permettre à la Belgique de réduire l’écart avec la Bolivie. En cas de défaite, le duel entre nos compatriotes et les Sud-Américains serait plié dès avant les deux derniers simples.

"Je ne ressens pas une pression particulière parce que nous sommes les favoris de ce match de double, expliquait Sander Gillé. Ce n’est pas la première fois qu’on se retrouve dans cette situation. Avec Joran on connaît notre travail et on a l’habitude de faire nos matchs et de ne pas trop se perdre avec tout ce qui peut se passer autour de la partie. On sait que le double de ce dimanche sera un match très important pour nous mais aussi pour toute l’équipe. On va se préparer comme d’habitude pour ne pas ajouter de la pression. On sait que sur papier nous sommes les favoris. L’erreur serait de trop y penser. On va jouer normalement et faire de notre possible pour remporter ce double."

Vu le contexte et les résultats de ce samedi, la pression sera un peu plus grande que de coutume.

"Quand tu joues un match il y a toujours de la pression et il y en a un peu plus quand tu joues pour ton pays en Coupe Davis, poursuit le Limbourgeois. Avec Joran, on peut gérer cela. Dans le passé on a aussi gagné des rencontres où nous n’étions pas les favoris, c’est pour cela que nous serons prudents ce dimanche. On sait que nos adversaires vont se présenter face à nous sans une trop grande pression. Ce qui pourrait leur permettre de jouer l’esprit libre. Mais comme nous sommes des spécialistes du double, on sait qu’on doit gagner ce match. On va se concentrer là-dessus."

Après une semaine de préparation où notre duo s’est habitué à la terre battue après plusieurs semaines à jouer sur du dur.

"On a l’habitude de changer régulièrement de surface donc le passage entre le dur de l’US Open à la terre battue utilisée ici au Paraguay ne représente pas un problème. Cela fait huit semaines que nous sommes loin de la maison avec la tournée américaine, cela devient un peu long avec un peu de fatigue et des petits bobos. On a donc levé un peu le pied lors de cette semaine de préparation pour éviter une grosse blessure. Mais je vous rassure on a bien travaillé pour s’habituer à la terre battue. Notre objectif cette semaine n’était pas de travailler physiquement mais bien d’arriver fit pour la rencontre de ce dimanche. Je suis certain que cela va bien se passer."