Alors que le circuit mondial tire la tronche depuis plusieurs mois, il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que le destin daigne offrir aux fans de la planète tennis un match hors du commun. Ce jeudi, le tournoi de Lexington sera le théâtre de la 31e confrontation entre les deux sœurs Williams avec dans le coin bleu, Serena, 18 victoires, 38 ans, lauréate de 23 tournois du Grand Chelem et dans le coin rouge, Venus, 12 victoires, 40 ans, sept succès dans des Majeurs. Une confrontation, 22 ans après la première sur le circuit professionnel, qui demeure un événement spécial pour les soeurs.

“ C’est très excitant pour moi de jouer à nouveau contre Serena, a expliqué ce mercredi Venus. Je veux jouer contre les meilleures joueuses du monde et je réaliserai mon souhait en jouant contre Serena. Je vais essayer de jouer à mon meilleur niveau.”

Et comme elle l’expliquait il y a quelques années, l’aînée des Williams fera tout pour dominer sa cadette : “On se prépare psychologiquement quand on regarde les tableaux. De toute façon, nous n’avons pas le choix. Moi, je me bats sur chaque point. Et si Serena est en face de moi, je croise les doigts pour qu’elle ne sorte pas trop d’aces ! Jouer sa sœur ou pas, ce n’est pas la question : la seule clé c’est la concentration. Personne n’aime gâcher la fête de quelqu’un, tout le monde aime voir l’histoire s’écrire mais je veux gagner peu importe les circonstances.”

Lors de leur dernier affrontement, à l’US Open en 2018, Serena avait infligé une lourde défaite à Venus : 6-1, 6-2. Et quand cela arrive, il est difficile pour Serena d’être totalement heureuse : “Quand nous étions enfants, Venus était toujours celle qui menait l’entraînement. Les grandes sœurs ont cette façon d’être des leaders. Et elle, elle était la lumière qui me guidait.”

Et ce jeudi dans le Kentucky, aucune des deux ne voudra faire des cadeaux à l'autre. L’une doit préparer au mieux l’US Open et son incroyable rêve de décrocher un 24e titre du Grand Chelem tandis que l’autre veut prouver qu’elle n’est pas finie et peut encore réaliser de grands exploits pour ce qui ressemble à une tournée d’adieu.