Les critiques continuent de pleuvoir pour le Serbe.

Depuis la fin de l'Adria Tour, les critiques pleuvent de toutes parts pour Novak Djokovic, organisateur du tournoi d'exhibition. Mêmes les excuses publiques du Serbe n'ont pas semblé atténuer la tempête qui a éclaté la semaine dernière. 

Pourtant, ce jeudi, Dominic Thiem a tenté de calmer les choses en faisant également son mea culpa. "Notre comportement a été une erreur, nous avons agi de manière trop euphorique. Je suis extrêmement désolé". 

Mais son manager Herwig Straka n'est, quant à lui, pas de cet avis et a remis de l'huile sur le feu. Ce dernier s'en est pris ouvertement à Novak Djokovic et à l'organisation du tournoi d'exhibition dans le journal autrichien Der Standard.

"J'ai insisté pour recevoir leurs règles concernant le Covid-19. Deux jours avant le début de l'événement, il a été dit qu'il n'y aurait pas plus de 1 000 fans et qu'il y aurait des mesures de distanciation sociale. Ils n'ont pas tenu leur engagement", a détaillé Straka.

"Avec du recul, tout ça était stupide, même si c'était autorisé. Tout le monde sait que c'était idiot, personne n'a besoin d'une excuse publique. Le seul qui devrait s'excuser, c'est Djokovic. Il a tout organisé. Les autres étaient simplement présents, ils n'ont tué personne", a continué le manager du numéro 3 à l'ATP.

"La principale responsabilité revient à Djokovic. Les autres ont participé, mais lui les a encouragés. D'abord pour de bonnes raisons, avec un objectif de charité, mais, ensuite, c'est complètement parti dans la mauvaise direction. C'est devenu un spectacle publicitaire. C'est la responsabilité de Djokovic. Les joueurs ont voyagé pour Djokovic. Il n'a pas arrêté de les appeler, ça n'était plus du ressort du manager. C'était une histoire de relations et d'amitiés entre joueurs. Si Federer ou Nadal t'appelle, tu viens."

Pour rappel, à la suite du tournoi, au moins huit personnes dont quatre joueurs (Grigor Dimitrov, Viktor Troicki, Borna Coric et Novak Djokovic) ont été testées positives au coronavirus.