Le mari de Justine Henin: ''J'en ai marre''

Tennis

S. F.

Publié le

Le mari de Justine Henin: <i>''J'en ai marre''</i>
© BELGAREP
Pierre-Yves en a ras-le-bol de suivre sa championne toute l'année sur le circuit

Justine gagne facilement son deuxième match face à Capirati et rejoint Clijsters en 1/2 finale

LOS ANGELES Justine Henin ne manque jamais une occasion de souligner l'apport qu'a généré pour elle son union avec Pierre-Yves Hardenne. Son mari est son talisman. Il lui a amené de la stabilité dans une existence tourmentée et il lui a apporté de la sérénité lors des tournois. Pierre-Yves, cela dit, en a ras le bol de jouer le larbin. «Il faut toujours que je sois là, il faut toujours que je sourie, mais personne ne se soucie de moi. Il est hors de question que j'arpente encore le circuit durant 35 semaines l'année prochaine.»

Cet aveu, c'est à deux journaux belges que le mari de la championne l'a formulé au terme d'une journée passée à faire du sight- seeing à Hollywood et à Beverly Hills. Tout est parti de la question de savoir s'il lui arrivait parfois de rêver, lui aussi, d'une vie de star. «Non merci! répondit-il. Je suis marié à une demi-star. C'est déjà suffisamment difficile comme ça.»

Et lorsqu'il lui fut demandé de préciser ce qu'il entendait par là, le mari se laissa aller à la confidence. Tout le trop-plein, qui a visiblement dû être refoulé ces derniers mois, sortit d'un seul coup.

«Je comprends que Justine soit stressée! raconte-t-il. Je comprends qu'elle ait besoin de quelqu'un à qui confier ses états d'âme, mais ce n'est pas évident. Je dois constamment faire en sorte que chacun se sente à l'aise afin qu'elle puisse prester de manière optimale. Je dois continuellement encaisser. Mais qu'y a-t-il de réservé pour moi?»

Il n'y a pas deux mois pourtant, à l'occasion de l'US Open, Pierre-Yves Hardenne avait encore confié qu'il se complaisait dans cette vie. Il semblait heureux d'avoir été promu manager de sa championne de femme et prenait son rôle très à coeur. Supposé rentrer plus tôt de New York pour faire avancer le déménagement dans l'appartement de Wépion, il avait même choisi de rester jusqu'au bout pour la soutenir dans sa quête d'un deuxième sacre en Grand Chelem.

«Rien n'a changé. Simplement, c'est la fin de la saison. Le fait de ne faire que la suivre commence à me peser! confie-t-il. Je ne l'ai pas quittée depuis Roland-Garros. Je sais qu'elle est pleine de louanges à mon égard mais lorsqu'elle me reproche de ne pas lui amener une bouteille d'eau assez rapidement, je me pose des questions. Je ne trouve tout simplement pas ma place sur le circuit...»

L'époux de l'Ardennaise, en fait, aimerait pouvoir se réaliser dans un projet propre. Passionné d'aviation, il suit ainsi des études pour obtenir un brevet de pilote. Et féru de sport, il a également déjà murmuré qu'il se verrait bien participer à des courses automobiles.

«Je voudrais quelque chose à moi. Et de préférence en Belgique, car c'est là que je me sens le mieux. Simplement, Justine désire que je sois à ses côtés. Je comprends qu'il ne serait pas gai pour elle de se retrouver seule dans sa chambre d'hôtel après un match mais cette vie-là n'est pas amusante pour moi non plus. On ne parle plus que de tennis. Il vaudrait mieux que je prenne mes distances et que je ne la suive plus que lors des grands tournois l'année prochaine.»

Pierre-Yves et Justine, c'est certain, en auront des choses à discuter à l'occasion des deux semaines de vacances qu'ils prendront au terme du Masters de Los Angeles. D'autant que le mari ajoute qu'il existe même des moments où il en arrive à souhaiter que la carrière tennistique de son épouse se termine assez rapidement.

«Il y a de plus en plus de tensions entre nous! reconnaît-il. Je sais que beaucoup de gens envient mon existence, en raison du succès et de l'argent. Moi, néanmoins, j'aimerais plus régulièrement voir en face de moi la Justine de Wépion et la Justine de nos vacances plutôt que la Justine du circuit...»

© Les Sports 2003

Newsletter Sports+

Vos articles Sports

Fil info