Dan Evans (G-B/n°24) – David Goffin vers 5 ou 6 heures

David Goffin est attendu sur le court n°13 en 3e rotation pour défier Dan Evans, tête de série n°24. Le Liégeois ne sera pas le favori d’un premier tour de Grand-Chelem pour la première fois depuis 2014. Le Britannique a aussi de l’expérience à revendre. Passé pro en 2006, il a mis 13 ans pour percer dans le Top 50. Depuis ce jour d’août 2019, il brille par sa régularité entre les 20 et 40e places mondiales. Il n’a jamais réalisé un coup d’éclat. Son palmarès ne mentionne qu’un titre. En 2022, il a déjà pris ses marques en remportant ses 3 matchs de l’ATP Cup – dont face à Shapovalov et Isner - et en se hissant en demi-finale à Sydney.

Il surfe donc sur la vague de 2021 où il avait remporté son unique titre et où il avait battu un certain Novak Djokovic à Monte Carlo.

Sa carrière n’a pas toujours été un long fleuve tranquille. En 2017, il avait pris une année sabbatique à cause d’un contrôle positif à la cocaïne. Cette mise à l’écart a eu le don de lui redonner le goût du jeu. Il a douté. Il est revenu. Depuis 2019, il est le n°1 britannique.

David Goffin sait ce qui l’attend sur le court n°13. Il sait surtout qu’il doit être concentré sur son potentiel. En deux confrontations, Goffin n’a encore jamais trouvé la clef pour museler le jeu du Britannique. «Ce sera un match difficile. Evans a plutôt bien commencé l'année», expliquait Davd Goffin. «Il a bien joué en ATP Cup et puis au tournoi de Sydney. Je m'attends à un match assez physique. Il y a toujours beaucoup d'échanges, il fait beaucoup jouer avec son slice. Bref, cela va être dur physiquement. C'est un joueur qui, dès qu'il peut, essaie d'être offensif, de venir au filet, tout en neutralisant bien avec son slice, il coupe la cadence. Je devrai être patient dans les échanges et en même temps, ne pas trop le laisser jouer.»

Lundi, le n°1 britannique, Cameron Norrie s’était incliné. Place au n°2.