Henri Laaksonen n’avait pas gagné un match de simple sur le circuit depuis le tournoi de Cologne en octobre 2020. Le Suisse n’avait gagné qu’un seul match sur terre battue cette saison en trois Challengers disputés. À 29 ans, il n’avait jamais battu un membre du top 20 (11-0). Et pourtant mercredi, sur le court Simonne-Mathieu, Henri Laaksonen a éjecté le 11e joueur mondial Roberto Bautista Agut du tournoi (6-3, 2-6, 6-3, 6-2) ! À la surprise générale, voilà le 150e joueur mondial (93e en 2017) au troisième tour de Roland-Garros.

Dans un jour de grâce face à un Bautista Agut peu inspiré puis totalement paniqué, le Suisse, que l’Espagnol avait dominé 6-2, 6-3 à Gstaad en 2013, a enquillé 53 coups gagnants. "Ma saison jusque-là avait été difficile mais sur ce match tout a fonctionné de manière fantastique. Je suis si heureux. J’ai joué de manière agressive, mon coup droit était au rendez-vous."

Laaksonen a grandi en Finlande et curieusement aussi sur terre battue. "Ils ouvraient les courts de terre battue dès la fin du mois de mars, ça m’est même arrivé de jouer sous la neige."

Aussi improbable que son parcours ici pour un joueur qui n’était auparavant sorti que quatre fois des qualifications en 20 tentatives, et n’avait atteint que trois fois le deuxième tour en Grand Chelem. Il avait tout contre lui et pourtant le voilà avec l’un des exploits du début de tournoi en poche !

Bautista Agut, qui avait hérité d’un bon tableau avec deux premiers tours face à des qualifiés, était évidemment dépité. "Je suis triste de sortir comme ça du tournoi mais que voulez-vous, il n’y a plus qu’à accepter. Il a fait un grand match et je n’ai pas trouvé comment inverser la tendance. En plus le court était hyper rapide."

L’Espagnol n’avait jamais été battu par un qualifié dans un Majeur (7-0) mais le voilà qui subit une nouvelle désillusion après sa sortie d’entrée à Melbourne face à Radu Albot (91e). Quand on vous dit qu’en tennis rien n’est jamais joué d’avance.