Daniil Medvedev n’est pas un terrien. Il ne s’en cache pas. Ses résultats le rappellent d’ailleurs. Et si Madrid était taillé pour lui ? L’altitude (667 mètres) favorise les allergiques de la poussière rouge. "Les courts à Madrid sont plus comparables à la surface dure, reconnaît le Russe. La terre battue est rapide. Le service file plus vite. Le premier match reste le premier match. Il faut le passer."

Daniil Medvedev n’a plus joué depuis le Masters 1000 de Miami. Il doit relancer la machine en vue de Roland-Garros. Il avait espéré jouer à Monte Carlo, mais un test positif au Covid en avait décidé autrement.

Le tirage au sort ne l’a pas vraiment aidé. Il commencera face à Alejandro Davidovich Fokina si l’Espagnol passe le premier tour, mardi, contre Pierre-Hugues Herbert. "Davidovich a déjà cinq tournois sur terre battue dans les jambes. Moi, j’en suis à zéro. J’ai vraiment besoin de gagner des matchs pour avoir de meilleures sensations sur terre battue."

Nadal est impatient

Rafael Nadal démarrera le tournoi de Madrid mercredi. Auréolé de son titre à Barcelone, il se sent de mieux en mieux sur sa terre battue. "Nous sommes très heureux de la préparation", dit-il. "Je suis impatient de jouer à la maison devant des spectateurs. Le public m’aide souvent. C’est probablement l’un des endroits où j’ai reçu le plus de soutien au cours de ma carrière."