Federer, toujours invaincu depuis le début de la compétition, n'a mis que 62 minutes pour venir à bout de son adversaire

HOUSTON Le Suisse Roger Federer (N.3) s'est qualifié pour la finale du Masters de tennis messieurs, où il retrouvera l'Américain Andre Agassi (N.5), en battant le numéro un mondial, l'Américain Andy Roddick, 7-6 (7/2), 6-2 samedi soir à Houston (Texas).

Federer, toujours invaincu depuis le début de la compétition, n'a mis que 62 minutes pour venir à bout de son adversaire, qui n'a tenu que pendant un set que grâce à l'efficacité de son service avant de s'écrouler dans la deuxième manche.

Avec un pourcentage de 85% de première balle, Roddick parvenait, dans la manche initiale, à maintenir le contact jusqu'au jeu décisif facilement remporté par le Suisse au bout de 38 minutes de jeu sur un ace, son 8e de la partie.

Federer, jamais en difficulté, devait réaliser le break dès le 5e jeu de la seconde manche, prenait à nouveau le service adverse adverse pour mener 5-2 et concluait sur sa mise en jeu bouclant le dernier set en à peine 24 minutes.

Roddick, qui n'a jamais donné l'impression de pouvoir reverser le cours du match tant la supériorité du Suisse était manifeste, termine ainsi le Masters sur un bilan mitigé avec deux défaites en trois matchs depuis qu'il a été certain mercredi de terminer l'année comme numéro un mondial.

Federer, qui compte maintenant 5 victoires en 6 matches contre l'Américain, reste ainsi en course pour remporter son septième titre de la saison.

Un succès dimanche sur Agassi, vainqueur auparavant de l'Allemand Rainer Schuettler 5-7, 6-0, 6-4, contre qui il avait remporté à l'arraché en poule de qualification lundi le premier succès de sa carrière en quatre rencontres, 6-7 (3/7), 6-3, 7-6 (9/7), vaudrait au Suisse de remporter le chèque de 1,5 million de dollars promis au vainqueur de l'épreuve de clôture du circuit ATP.

Il lui permettrait également de souffler la deuxième place du classement mondial à l'Espagnol Juan Carlos Ferrero, en se rapprochant à 32 points de Roddick.

De quoi donner des regrets au Suisse de la seule défaite concédée face à l'Américain, qui fait maintenant la différence, en août à Montréal, où le champion de Wimbledon avait pourtant mené 4-2 dans la dernière manche.