Elle est venue à bout sans trop de difficultés de l'Américaine Jennifer Capriati, défaite 6-2, 6-1

LOS ANGELES Justine Henin-Hardenne, qualifiée pour les demi-finales du Masters féminin de tennis grâce à sa victoire sur l'Américaine Jennifer Capriati, vendredi à Los Angeles (Californie), est d'ores et déjà assurée de terminer l'année 2003 à la place de N.1 mondiale devant sa compatriote Kim Clijsters.

Dans le groupe rouge, le match entre l'Américaine Chanda Rubin et la Russe Elena Dementieva sera déterminant pour la deuxième place. Une victoire de l'Américaine la propulserait en demi-finales tandis qu'un succès de la Russe, d'ores et déjà éliminée, ferait le bonheur de la Française Amélie Mauresmo.

Dans le groupe noir, la place de N.2 se jouera entre l'Américaine Jennifer Capriati et la Russe Anastasia Myskina, la Japonaise Ai Sugiyama n'ayant plus rien à espérer et ce, même en cas de victoire face à Henin-Hardenne.

"C'est tout simplement stupéfiant parce que la saison a été grandiose", a déclaré la jeune Belge (21 ans) après son écrasante victoire (6-2, 6-1) sur Capriati, qui n'a pas eu en sa possession une seule balle de break.

"J'ai gagné deux tournois du Grand Chelem. J'ai fait presque tout parfaitement. Aussi, c'est génial de terminer la saison numéro un. Je n'arrive pas y croire pour le moment", a confié Justine Henin-Hardenne.

Avant le début du Masters, Clijsters, 20 ans, occupait la tête du classement WTA, tenant compte des résultats enregistrés sur les 52 dernières semaines, devant Henin-Hardenne (à 135 points).

Mais, victorieuse de l'épreuve l'an dernier, Clijsters, qualifiée également pour les demi-finales, ne peut marquer suffisamment de points -et ce même en cas de succès- pour distancer sa rivale belge, vainqueur cette année de deux Grands Chelems (Roland-Garros et l'US Open) à ses dépens.

Cette saison, Justine Henin-Hardenne, qui a participé à 18 tournois, en a remporté 8, atteint trois fois la finale et a été demi-finaliste à six reprises.

En octobre, Justine Henin-Hardenne avait ravi la place de N.1 pendant une courte semaine (20 au 27 octobre) à Kim Clijsters, qui n'a jamais remporté une levée du Grand Chelem mais était arrivée au sommet en août. "C'est sûr que c'est mieux désormais. Cela va durer (être N.1) au moins quelques semaines et cela signifie beaucoup", a estimé la nouvelle reine du tennis mondial.

Depuis la création du classement WTA en novembre 1975, seules treize joueuses ont pointé à la première place mondiale.

L'an dernier, au Masters, Kim Clijsters avait éliminé en quarts de finale... Justine Henin-Hardenne, qui avait terminé la saison au 5e rang mondial. Les deux joueuses, qui ont terminé en tête de leur groupe rouge pour Clijsters (3 victoires) et noir pour Henin-Hardenne (2 victoires) ne pourront se retrouver en demi-finales.