L’Américain Andre Agassi a infligé sa seconde défaite consécutive à l’Espagnol Juan Carlos Ferrero (N.2), lors de la troisième journée du Masters de tennis

HOUSTON Il permet ainsi à son jeune compatriote Andy Roddick d’être assuré de terminer l’année comme numéro un mondial. Dominé par l’Argentin David Nalbandian (N.8) lors de la journée inaugurale , Ferrero devait, après le succès dans l’après midi du Suisse Roger Federer (N.3) sur l’Argentin, absolument l’emporter pour conserver une chance de se qualifier pour les demi-finales et préserver ses possibilités de devenir le premier espagnol à terminer l’année au sommet de la hiérarchie mondiale.

Agassi, à 33 ans de loin le doyen du tournoi de clôture de la saison ATP doté de 3,7 millions de dollars (3,2 millions d’euros), ne l’a pas entendu ainsi. Vexé par sa défaite du premier jour face à Federer après avoir bénéficié de deux balles de match, l’Américain, malgré des débuts hésitants, s’est imposé en trois manches 2-6, 6-3, 6-4, prenant ainsi sa revanche de son échec en demi-finale de l’US Open devant le même Ferrero.

Le sursaut d’orgueil d’Agassi, qui tentera de se hisser dans le dernier carré du Masters vendredi contre Nalbandian, a ainsi fait les affaires de Roddick. Vainqueur mardi de l’Espagnol Carlos Moya (N.7), Roddick est certain maintenant, quels que soient ses autres résultats de la semaine, d’être à 21 ans le deuxième plus jeune joueur de l’histoire à terminer l’année comme numéro un mondial, après l’Australien Lleyton Hewitt en 2001, et le sixième américain à occuper cette position.

Sous le regard attentif de l’ancien président américain George Bush, père de l’actuel occupant de la Maison Blanche, Agassi, pris de vitesse, concédait deux fois sa mise en jeu dans la première manche pour s’incliner 6-2, mais se ressaisissait ensuite. A raison d’un break par manche, au 8e jeu dans la deuxième, au 3e jeu dans la dernière, Agassi assurait sa victoire et préservait ainsi ses chances de qualification.