Une semaine après son échec surprise face au Français Gaël Monfils, au 3e tour du précédent Masters 1000 d'Indian Wells, le Russe s'est rassuré avec cette convaincante entrée en matière, conclue 6-4, 6-2 en 1h30, sans avoir jamais eu à sauver de balle de break.

"On pourrait croire en regardant le score que j'avais de la marge, mais ce n'est jamais facile d'affronter Andy. Je savais que devrais être présent du premier au dernier point. j'ai bien servi, j'ai réussi pas mal de bons coups, je suis content de mon niveau", a commenté Medvedev après-coup.

Concentré, en total contrôle de son tennis, le 2e joueur mondial et à ce titre favori de l'épreuve, n'a pas donné l'once d'un espoir à l'Ecossais (85e), qui, à 34 ans, tente toujours un retour au sommet après une grave blessure à la hanche subie en 2017, qui a nécessité deux interventions chirurgicales.

Solide et agressif, Medvedev a breaké pour mener 2-1 dans la première manche et a conservé cet avantage sans jamais être inquiété.

C'est à peine s'il a été peu plus mis sous pression à 5-4 sur sa mise en jeu par l'ancien double vainqueur du tournoi (2009 et 2013), qui a été à deux points d'un hypothétique débreak. Le Russe a alors forcé la décision en montant deux fois au filet, avant de conclure sur un ace et un service gagnant.

Osaka sans jouer

Murray, s'est accroché comme il a pu et n'a pas démérité dans les échanges, lâchant quelques beaux coups. Mais il a craqué à 2-2 sur son service, son rival s'en emparant sur sa troisième chance, au filet.

Medvedev, qui avait déjà facilement remporté leur première confrontation à Brisbane en 2019, a alors accéléré la cadence pour s'offrir un double-break et conclure en 1h30.

Le Russe qui, comme ses compatriotes et les Bélarusses, joue sans mention de son pays ni représentation de son drapeau, selon une directives des instances du tennis en réponse à la guerre en Ukraine, sera opposé au prochain tour à l'Espagnol Pedro Martinez (47e).

Pas de quoi inquiéter, sur le papier, le vainqueur du dernier US Open qui, pour déloger à nouveau Novak Djokovic du trône mondial, devra accéder aux demi-finales, stade qu'il n'a jamais encore atteint en Floride (quart-de-finaliste l'an passé).

Parmi les autres qualifiés notables du jour, figurent le Polonais, tenant du titre, Hubert Hurkacz (10e) et l'Espagnol Roberto Bautista (17e), demi-finaliste l'an passé.

Chez les femmes, Naomi Osaka (77e) a accédé sans jouer en 8e de finale, profitant du forfait de la Tchèque Karolina Muchova, victime de douleurs abdominales.

En proie à de récurrents problèmes d'anxiété, la Japonaise tente de retrouver son plus haut niveau, qui lui a permis de remporter quatre Grands Chelems (deux à l'US Open deux en Australie), autant que du plaisir sur le court.

La Japonaise, apparue en forme lors de ses deux premiers tours, a ainsi révélé avoir "commencé à travailler avec une thérapeute", après avoir essuyé quelques larmes il y a une dizaine de jours à Indian Wells où un spectateur lui avait crié "Naomi, tu es nulle".

Elle aura pour adversaire une Américaine, Alison Riske (50e) ou Ann Li (65e), pour tenter d'accéder comme l'an passé en quart de finale.