Les principaux éliminés de la première nuit ? Cameron Norrie et Lloyd Harris

Le protégé de Xavier Malisse n’a pas survécu à la première journée à Melbourne. La tête de série n°33 a été éliminée par Aleksandar Vukic 6-4, 3-6, 7-5, 7-6. Il était le principal éliminé, cinq heures après l’entame du tournoi. Vukic a donc vécu son moment de gloire. L’Australien a surtout faire honneur à sa wild card.

Plus tard dans la nuit belge, Cameron Norrie a été transparent durant 2 sets face au jeune Korda. L’Américain de 21 ans (ATP 40) s’est promené en marchant pour mener 6-3, 6-0 en tip top une heure. Malgré un réveil anglais, Korda bouclait l’affaire en 1h43 pour s’imposer 6-3, 6-0, 6-4. Testé positif au Covid-19 à son arrivée en Australie début janvier, l'Américain de 21 ans a passé plusieurs jours à l'isolement à Adélaïde. Il jouait son premier match officiel depuis deux mois.

Et du côté des Belges ? Zanevska héroïque

Kirsten Flipkens, 36 ans, 258e mondiale, s'est inclinée 4-6, 1-6 et 1 heure 31 minutes de jeu par sa partenaire de double Sara Sorribes Tormo. C'est la 10e participation d'affilée pour Kirsten Flipkens à l'Open d'Australie et son 34e tournoi du Grand Chelem. Son meilleur résultat à Melbourne remonte à sa première participation en 2013 avec un 8e de finale à la clé. Kirsten Flipkens est encore inscrite dans l'épreuve du double dames. Pendant que Maryna Zanevska livrait un grand comba face à Juvan (u match crève-coeur pour Philippe Dehaes qui a coaché la Belge et qui coach la Slovène), Alison Van Uytvanck a été expéditive face à l'Espagnole Cristina Bucsa 6-3, 6-4. Maryna Zanevska a été héroïque pour disposer de Kaja Juvan 7-6, 7-6. La Belge était menée 4-2 dans le premier set. A 4-5 sur le service de la Slovène, elle a sauvé une première balle de set. Elle a même dû en sauver deux autres dans le tie-break remporté 9-7. Dans un deuxième set encore plus fou, Zanevska était menée 0-4 et 1-5 avant de forcer un nouveau tie-break ! Elle a converti sa première balle de match après 2h08 de jeu pour 2 sets seulement.

Flipkens émue

Kirsten Flipkens était émue. "Oui. Il y a de fortes chances que ce soit mon dernier match en simple à l'Australian Open", a-t-elle confié, en conférence de presse, avant d'être rattrapée par l'émotion. "Mais ce sont des émotions positives. À 100%. Sara est en outre une fille avec qui je m'entends très bien sur le circuit et ce fut également un chouette match. La raison pour laquelle j'ai commencé à jouer au tennis, c'est parce que je trouvais qu'il s'agissait d'un chouette sport où on pouvait faire des tas de choses avec la raquette, des amorties, des volées? Et je pense avoir également pu le montrer aujourd'hui", a-t-elle poursuivi. "Sur ce plan, c'était donc l'adversaire idéale pour un dernier match ici. Ma maman aurait normalement dû m'accompagner, mais elle a contracté le Covid début décembre et comme vous le savez, avec les restrictions ici, c'était un peu compliqué. Et nous n'avons pas pris le risque. Heureusement, ce n'est pas mon tout dernier match. Il y a aura encore des tournois..."

Les favoris dont Nadal et Osaka dominent assez facilement

Du côté des dames, Sakkari (n°5) s’est employée pour battre Maria 6-4, 7-6 (2). Osaka (n°13) a survolé Osorio 6-3-6-3. Svitolina (n°15) a battu la Française Ferro 6-1, 7-6 (4). Bencic (n°22) a dominé la Française Mladenovic 6-4, 6-3. Giorgi (n°30) a disposé de Potapova 6-4, 6-0 tout comme Sorribes Tormo qui a éclipsé Kirsten Flipkens 6-4, 6-1.

Du côté des messieurs, le jeune Shapovalov a cédé un set face à Djere 7-6 (3), 6-4, 3-6, 7-6 (3). Monfils s’est montré sans pitié, guéri et même en grande forme face à Coria 6-1, 6-1, 6-3. Karen Khachanov (n°28) a tremblé un peu face à Kudla, mais il s’impose 3-6, 6-3, 6-2, 7-6 (2). Le très jeune Alcaraz (n°31) a imité Nadal en s’imposant 6-2, 6-2, 6-3 face au qualifié Tabilo. Garin (n°16) a eu besoin de la manche décisive pour rester dans le tournoi. Il bat l’Argentin Bagnis 6-3, 6-4, 5-7, 6-7 (4), 6-3. L’Italien Berrettini (n°7), qui a un boulevard jusqu’en demi-finale, a perdu le premier set de son tournoi avant de se reprendre face à Nakashima 4-6, 6-2, 7-6 (5), 6-3.

A l’heure du réveil en Belgique, Rafael Nadal (n°6) a achevé sa rencontre face à Giron 61, 6-4, 6-2. Son compatriote Carreno Busta (n°19) a battu le qualifié Etcheverry 6-1, 6-2, 7-6.

Rune, 18 ans, menait 2 sets à 1

Holger Rune n’était pas loin. Le Danois de seulement 18 ans, qui est 99e à l’ATP, a remporté ses deux premiers sets dans un grand tableau de Grand Chelem. Cela n’a pas suffi face à Soon-Woo Kwon. Le Danois menait deux sets à un. Rune ne disputait que son 2e match dans un grand tableau en Major. Il avait déjà tenté sa chance à l’US Open, mais le tirage lui avait mis Novak Djokovic dans les pattes.

La miraculée de l’édition vient de Chine : Quinwen Zheng

A 19 ans, Quinwen Zheng, 108e mondiale, a été bluffante de maîtrise face à Aliaksandra Sasnovich. La Chinoise s’est imposée 6-3, 1-6, 7-6 (10-5). Sur l’ensemble de la partie, elle a commis autant de fautes directes que son adversaire (37 contre 41), mais elle a fait la différence dans les coups gagnants (32 à 23). Elle a surtout impressionné en remportant dans le super tie-break 4 des 5 derniers points. Elle sera opposée à la 5e tête de série au 2e tour, la Grecque Sakkari. Pour la petite histoire, Zheng avait perdu 2 sets en qualif, mais elle est toujours là. Au premier tour des qualifs, elle était même menée par Coco Vandeweghe 6-1, 6-6 et surtout 5-1 dans le tie-break. Elle a alors aligné 6 points d’affilé ! Un mental d’acier !

Osaka, opération séduction en rose

Naomi Osaka a provoqué des rires en tribune en comparant sa tenue originale avec Melbourne. Elle a retrouvé le sourire sur le terrain et derrière un micro. L’épisode de Roland-Garros appartient un peu plus au passé. Elle a battu 6-3, 6-3 une jeune Colombiennne de 20 ans, Camila Osorio. «Vu les circonstances, je pense que j’ai livré un bon match», résumait Osaka.

La tombeuse de Bonaventure est… tombée

La Néerlandaise Hartono, qui s’était qualifiée en battant notamment Ysaline Bonaventure au 2e tour, s’est inclinée au premier tour face à l’Américaine Anisimova 2-6, 6-4, 6-3

Un abandon juste avant la balle de match

La rencontre entre Madison Brengle (USA) et Dayana Yastresmka a été étrange d’un bout à l’autre. Alors que l’Américaine avait emporté le premier set 6-1, elle s’est écroulée au point de perdre la seconde manche 0-6. Yastremka faisait tout dans le premier set : les points gagnants (11) et surtout les fautes (28) alors que Brengle se contentait de regarder (1 point gagnant et 3 fautes!). Dans le deuxième set, Yastremka a poursuivi sur la même voie avec 14 coups gagnants et 13 fautes. Pourtant, elle a pris la manche sur un cinglant 6-0. La faute en revient à Brengle qui n’a pas mis un coup gagnant et qui a commis 7 fautes. Etonnant ! Alors qu’on pensait que Brengle s’effondrerait dans la manche décisive, on a été encore plus surpris. Le score indiquait en 29 minutes 5-0 en faveur de Brengle qui profitait de l’abandon de son adversaire qui a été coupable de 19 fautes directes (contre 2). Pour la petite histoire, Brengle n’a pas mis un point gagnant dans le 3e set. Sur l’ensemble du match, l’Américaine se qualifie au 2e tour en signant… un point gagnant (contre 31 à Yastremka). Le tennis n’est pas toujours une science exacte !