Que l'Adria Tour, ce tournoi de charité organisé par Novak Djokovic en Croatie en juin dernier, ait tourné au fiasco est le moins que l'on puisse dire. Lors de ce tournoi, tous les gestes barrières, ainsi que les précautions d'usage pour limiter la propagation du coronavirus ont été totalement ignorés. Résultat, plusieurs personnes dont quatre joueurs ont été contrôlé positifs au covid-19.

Vivement critiqués par le monde du tennis, notamment par le joueur australien Nick Kyrgios, qui n'avait pas tenu sa langue en poche pour dire leurs quatre vérités aux joueurs présents lors de ce tournoi : “Voilà ce qui arrive quand on ne respecte pas les protocoles”, avait écrit le fantasque Australien avant de conclure avec un message écrit en majuscules : “CE N’EST PAS UNE PLAISANTERIE”.


Mais récemment dans une interview, plutôt que de se faire discret, Borna Coric, qui était présent sur l'Adria Tour et avait été testé positif au coronavirus, est revenu sur les vives critiques reçues par Kyrgios il y a quelques semaines. "J'ai lu ce qu'il avait écrit mais je m'en fous. Il aime bien faire le général après la bataille. Venant de quelqu'un d'autre, j'aurais pu comprendre, mais de Kyrgios... ce n'est pas très réaliste", avait déclaré le joueur croate au média local Jutarnji.

Une déclaration qui n'a pas fait plaisir au principal concerné. Sur Twitter, Kyrgios s'en est vivement pris à son collègue : "Tu devrais t'en faire. Tu as des cailloux dans la tête ? A nouveau, tu peux rester derrière tes amis, moi j'essaye juste de les mettre face à leurs responsabilités. Quand j'ai dis ce que j'ai dis, je n'avais pas l'intention de déranger. Ce sont des joueurs de tennis, ils n'ont rien de spécial",  a ainsi répondu l'Australien avant de conclure sèchement, "Comme je le pensais, le niveau intellectuel de Coric est égal à zéro."


Si Kyrgios a pris l'habitude de s'en prendre à ses collègues que ce soit sur le court ou en dehors, cette fois-ci, on ne peut, dans le fond, pas lui donner tort...