Règles strictes obligent, certains désaccords sont déjà nés, alors que la petite balle jaune n'est tapée que depuis quelques jours. Les grands noms du circuit ont donné leur avis concernant l'exclusion du tournoi de Cincinnati de l'Argentin Guido Pella (ATP 35) et du Bolivien Hugo Dellien (ATP 94) à la suite d'un test positif de leur préparateur physique, Juan Manuel Galvan.

Novak Djokovic, numéro un mondial, a critiqué la décision de la fédération américaine de tennis (USTA): "On doit l'accepter. Ce n'est pas facile, en particulier pour Pella et Dellien, surtout après qu'ils aient obtenu des résultats négatifs au Covid. Il y a quelques semaines, les joueurs du circuit ont eu un entretien sur Zoom avec le corps médical de l'US Open. Nous avions justement évoqué le sujet que nous connaissons actuellement et leur réponse était totalement différente du sort que vivent aujourd'hui Pella et Dellien. Si le joueur ne partage pas la chambre de la personne contaminée et qu'il est testé négatif, alors il peut participer au tournoi. On a posé plusieurs fois la question et on a accepté le règlement, c'est pourquoi on est embêté par cette décision. C'est difficile, je n'accuse personne mais ces circonstances sont très particulières. Tout change très vite et cela peut encore se reproduire durant l'US Open."

De son côté, Andy Myrray (ATP 129) a expliqué ceci: "Ce n'est pas comme ça que j'ai compris les règles. Ce n'est pas ce qui avait été arrangé au départ et cela change la donne. Certains joueurs seraient peut-être venus sans coach ou sans préparateur physique. Je ne dis pas que c'était la mauvaise décision (NdlR: l'exclusion de Pella et Dellien) mais la manière dont les joueurs ont été informés a fait défaut. Les joueurs sont déçus." 

"Le préparateur physique aurait dû être testé une seconde fois, ce qui n'a pas été fait. Il existe une possibilité d'erreur dans le test et on doit pouvoir être en mesure de confirmer à cent pour cent qu'il est positif. Pour moi, Pella et Dellien n'auraient pas dû être exclus s'ils ne présentent pas de symptômes" a pour sa part argumenté le Russe Daniil Medvedev (ATP 5).