"Même si je peux être d'accord ou non sur certaines choses avec Djokovic, la justice a parlé" et "je crois que le plus juste" est que le N.1 mondial, qui veut entrer en Australie sans être vacciné contre le Covid-19, dispute le premier tournoi du Grand Chelem de l'année, a estimé Nadal sur la radio espagnole Onda Cero.

Lundi, le juge Anthony Kelly a mis fin à plusieurs jours de bataille judiciaire en ordonnant la libération immédiate du joueur serbe de 34 ans, retenu, depuis son arrivée en Australie pour disputer le premier Grand Chelem de l'année, dans un centre pour migrants à Melbourne.


Un avocat du gouvernement a cependant prévenu que Canberra pouvait encore ordonner l'expulsion de Djokovic, ce qui aurait pour conséquence de lui interdire toute entrée sur le territoire australien pendant trois ans.

La fédération australienne de tennis avait accordé au joueur une exemption, au motif de son infection au mois de décembre, pour participer au premier Grand Chelem de la saison, après que sa demande a été approuvée par deux panels médicaux indépendants, ont souligné ses avocats. Mais à son arrivée en Australie, les autorités fédérales lui avaient refusé l'entrée, estimant que ses motifs d'exemption ne remplissaient pas les conditions d'entrée sur le territoire.

Novak Djokovic, neuf fois vainqueur à Melbourne, est en quête d'un 21e titre record en Grand Chelem, qui le placerait devant Rafael Nadal et Roger Federer, qui comptent également 20 titres dans un Majeur.