Kim Clijsters est de retour, ou sur la bonne voie, à tout le moins.

Telle est la conclusion qui peut être tirée de sa rentrée au tournoi WTA Premier sur dur de Dubaï, plus de sept ans après son dernier match officiel, à l'US Open 2012. Battue - logiquement - 6-2, 7-6 (8/6) après être revenue de 3-0 double break dans le deuxième set par Garbine Muguruza (WTA 16), finaliste de l'Open d'Australie, la Limbourgeoise, 36 ans, a même avoué s'être épatée tout en regrettant de ne pas avoir réussi à pousser l'Espagnole dans un troisième set. "J'ai toujours apprécié les matches de soirée, mais dans le ciel noir, ce ne fut pas évident de trouver mon timing au service", a-t-elle expliqué. "J'avais pas mal de choses à mettre en place, mais il y a eu des moments où j'ai eu l'impression de ne pas être si loin que cela. J'ai même fait quelques grands écarts pour ramener la balle quand j'étais en difficulté. Sam (NdlR : Verslegers, son osthéopathe et préparateur physique) me l'avait pourtant déconseillé, du moins au début, mais je lui avais répondu que cela finirait par arriver", a-t-elle confié en souriant. "Et je n'ai pas baissé les bras dans le deuxième set. Ce n'est peut-être pas une surprise, mais c'est bon de savoir que j'ai toujours ma mentalité de battante".

Et maintenant? Après cette entrée en matière encourageante, que peut-on attendre pour la suite du troisième chapitre de la carrière de Kim Clijsters ? Le prochain rendez-vous sera le tournoi de Monterrey, au Mexique, le 2 mars avant des retrouvailles avec toutes les meilleures joueuses du circuit à Indian Wells, où elle s'est imposée en 2003 et 2005.

"C'est difficile à dire. Il faudra d'abord voir comment je vais récupérer. Pour l'instant, cela a l'air d'aller, mais on verra comment mes hanches et mes genoux se sentiront demain matin", a-t-elle poursuivi. "Je ne vais pas dire que je suis soulagée, mais je suis contente d'avoir pu suivre le rythme, même si Muguruza n'est pas la joueuse du circuit qui frappe le plus fort dans la balle. Je pouvais rivaliser avec elle dans les échanges de fond du court. Il y a encore de choses à améliorer, et il me faudra peut-être dix matches avant d'arriver à la manière dont j'ai joué dans le deuxième set, mais je pense être sur la bonne voie. Et croyez-le ou pas, je peux me montrer patiente", a-t-elle conclu en souriant.