Olivier Rochus devrait revenir dans le Top 100 malgré sa défaite en demi-finale à Mons contre le Français Kenny De Schepper

MONS Il n’y aura à nouveau pas de vainqueur belge à l’Ethias Trophy de Mons… C’est triste, mais c’est comme ça. Olivier Rochus (ATP 110), le dernier des neuf représentants encore en lice, n’a en effet pas réussi à se hisser en finale, samedi. Le petit Auvelaisien est, lui aussi, tombé sous les balles du géant bordelais Kenny De Schepper (ATP 202), issu des qualifications, s’inclinant 6-4, 4-6 et 6-3 au terme d’une belle bataille de 2h04. “Cela ne s’est pas joué à grand-chose” , confia-t-il, forcément déçu. “Il m’a sans doute manqué un brin de fraîcheur. Je me suis couché à 3h du matin après avoir battu Roger-Vasselin vendredi soir, alors que lui avait fini à 16h. Et j’ai le nez qui coule depuis deux jours. Mais ce n’est pas une excuse. Il a été un peu meilleur que moi. Je ne sais pas combien d’aces il m’a servi. Dans le dernier set, je n’ai rien pu faire. Ce n’est pas un hasard s’il est en finale…”

Trente-deux ! Oui, 32. Tel est le nombre d’aces qu’Olivier Rochus aura vu passer le long de sa raquette dans cette demi-finale aux allures de combat entre David et Goliath, le p’tit Belge rendant pas moins de 35 centimètres au Français. Constamment sous pression face à un adversaire à qui l’indoor convient à merveille, le puîné de la famille a fini par craquer, concédant son service au deuxième jeu du troisième set pour ne plus jamais refaire surface.

“Je savais qu’il pouvait être dangereux avec son service à plus de 200 à l’heure. À Wimbledon, j’avais été mené deux sets à rien avant qu’il ne connaisse un coup de mou. Trente-deux aces, cela signifie que j’ai été ramasseur de balles pendant un set et demi ! C’est dommage de ne pas atteindre la finale après une aussi belle semaine. D’autant que je pouvais retrouver Michaël Llodra, qui est probablement mon meilleur pote sur le circuit. Mais bon, il faut garder le positif.”

Et du positif, il y en a pas mal pour Olivier Rochus. En une semaine à Mons, l’Auvelaisien a ainsi gagné autant de matches en simple – trois – que lors des cinq derniers mois de cette année 2012 ! C’est dire. En outre, les 45 points ATP pris suite à son parcours lui permettront sans doute de réintégrer le Top 100 lundi et de garder espoir de figurer dans le tableau final du prochain Australian Open, son objectif pour la fin de la saison.

“C’est exactement ce qu’il me fallait” , assura-t-il. “Cela va me redonner le moral. Le tournoi était vraiment fort. Quand j’ai vu la liste, je savais que ce serait dur, d’autant que je n’étais pas tête de série. Mon niveau de jeu a été très bon. C’est ce qui me satisfait le plus. Malgré la fatigue, je n’étais pas loin d’aller au bout. Il me reste quatre tournois d’ici la fin de l’année, Rennes, Valence, Genève et Bratislava. Je vais essayer de conserver cette bonne spirale…”



© La Dernière Heure 2012