Mertens avec autorité

En Grand Chelem, elle reste notre valeur la plus sûre. Elise Mertens est sortie sans encombre de l’équation Kaia Kanepi. La Limbourgeoise a muselé la puissance de l’Estonienne et dicté sa loi pour s’imposer 6-4, 7-5.

La phrase

"Je suis encore sur la vague de l'US Open. A un moment, la fatigue va me rattraper." De Dominic Thiem qui a battu assez facilement Jack Sock au 2e tour.

Serena a fait trembler la terre

Midi venait de sonner. Serena Williams était attendue quelques heures plus tard sur le court Philippe Chatrier. Elle ne s’y rendra jamais. Sur l’heure de table, elle annonce son forfait alors qu’elle devait croiser le fer avec Tsvetana Pironkova. Elle souffre d’une douleur au tendon d’Achille. Elle se veut rassurante. Dans un tweet, elle promet qu’elle reviendra. Son 24e titre en Grand Chelem devient un rêve de plus en plus diffus.

Dominic Thiem et Rafael Nadal se promènent sans se fatiguer

Thiem et Nadal avaient réussi leurs premiers pas sur la terre battue d’automne. Les deux favoris ont poursuivi leur route tout aussi tranquillement. L’Autrichien a disposé sans forcer de Jack Sock, un ancien Top 10 qui a pas mal galéré avec des blessures. Quant à Rafael Nadal, il a disposé de Mackenzie McDonald 6-1, 6-0, 6-3. Un autre vainqueur de Grand Chelem avait aussi assumé son rang. Stan Wawrinkaa cédé un set à Dominik Koepfer.

Gaston est seul au bout du fil

Nul n’est prophète en son pays. Après Gasquet, Monfils, Simon et 11 autres Bleus, la chute des Français s’est poursuivie au 2e tour avec notamment la défaite de Benoît Paire. Sur les 18 Bleus alignés sur la ligne de départ, seulement 4 avaient rejoint le deuxième tour. Le blues des Bleus était bien réel. Mais, il suffit d’une éclaircie pour voir la vie en bleu. Elle se nomme Hugo Gaston. Dimanche, il avait remporté son premier match en Grand Chelem. Le médaillé des JO de la jeunesse en 2018 s’est qualifié pour le 3e tour en battant Nishioka, un gars qui vaut Top 50.

Bertens sortie en chaise roulante

Elles ne partiront pas en vacances à deux. Sara Errani a quitté le terrain sans saluer Kiki Bertens. Elle a même déposé quelques insultes au passage. Mauvaise perdante l’Italienne ? Elle regrettait l’attitude de la Néerlandaise qui a été évacuée du terrain en chaise roulante. Elle était perclue de crampes après son succès 7-6 [5], 3-6, 9-7.

"J’ai été victime d’une injustice"

Fernando Verdasco doit regarder Roland-Garros depuis son salon. Pourtant, il n’a pas perdu de match à la Porte d’Auteuil. Un test positif au Covid-19 l’a exclu des listes. Les dirigeants français ont refusé un 2e test. Verdasco a alors fait un autre test en Espagne. Il était négatif. «Ce qui s’est passé est une injustice totale. Je ne peux pas jouer. Je ne peux pas gagner de points. Il est clair que je dois commencer à leur envoyer des papiers officiels», a confié le joueur à la télévision espagnole.

Azarenka a craqué

Victoria Azarenka avait marqué le premier tour en râlant sur la mauvaise gestion de l’organisation. Les joueuses étaient contraintes de rester dans le froid. La finaliste du dernier US Open a raté sa deuxième sortie. La Biélorusse a été dominée par la Slovaque Anna Karolina Schmiedlova 6-2, 6-2. Elle a craqué lors des moments clefs.