88

Stefanos Tsitsipas a remporté 88 % des points sur son premier service alors qu’il était opposé à un pur terrien, Pablo Cuevas.

La phrase

“Tout a commencé par la demi-finale de l’US Open face à Victoria Azarenka. Une semaine de récupération n’était pas assez car c’était une grosse inflammation. Mais il fallait commencer à préparer Roland-Garros. C’était plus ou moins sous contrôle, même si c’était douloureux. Quand elle a joué son premier tour, la douleur est montée d’un cran.” De Patrick Mouratoglou au sujet du forfait de Serena Williams

Van Uytvanck, le malaise

Visiblement diminuée, Alison Van Uytvanck a abandonné au deuxième tour. La 65e mondiale était menée 6-1, 4-0 (30-0) lorsqu’elle a jeté l’éponge contre Irina Bara (WTA 142) après 48 minutes de jeu. Il n’aura fallu que 23 minutes à la Roumaine de 25 ans pour empocher le premier set (6-1), soulignant déjà le malaise de Van Uytvanck qui demandait un temps mort médical. Vérification faite de sa tension, de son pouls et de son état général, la numéro 2 belge remontait sur le court n°5, mais vraiment pas au mieux, elle devait laisser filer Bara, s’arrêtant finalement à 6-1, 4-0 (30-0).

© BELGA

Les favoris ne souffrent pas du tout

Comme Rafael Nadal et Dominic Thiem mercredi, Novak Djokovic s’est qualifié en 3 sets secs pour le 3e tour en ne concédant que quelques jeux. Le Serbe a maîtrisé le Lituanien Ricardas Berankis qui est plutôt connu pour sa puissance. Le score est sans appel 6-1, 6-2, 6-2. On attendra la deuxième semaine pour voir les trois favoris suer un peu plus sur le court Philippe Chatrier.

Ostapenko, la patience comme nouvelle arme

En 2017, Jelena Ostapenko avait tout ravagé sur son passage à la Porte d’Auteuil. La Lettone avait remporté le titre alors qu’elle disputait, à 20 ans, son deuxième Roland. Son jeu rempli de puissance et de risque avait fait de gros dégâts. L’embellie n’a pas connu un lendemain qui chante. Aujourd’hui, elle est fatiguée de revenir tout le temps sur cette aventure. “C’était il y a trois ans. J’étais jeune. C’était difficile de gérer la pression après ma victoire. J’ai peut-être inspiré la nouvelle génération, maintenant, c’est Naomi Osaka qui m’inspire.” Avec Jelena, c’est tout ou rien. Il semble que ce Roland-Garros 2020 soit du côté du tout. Elle vient de battre la tête de série n°2, la Tchèque Karolina Pliskova (6-4, 6-2) grâce à une nouvelle arme : la patience.

Carballes Baena, l’homme des 8-6 au 5e set

Roberto Carballes Baena a conjuré le sort. En 2019, il avait quitté la Porte d’Auteuil la tête remplie de frustration à la suite de sa défaite au 2e tour contre Filip Krajinovic. Il avait perdu 8-6 au 5e set. Cette année, il a rejoué la même scène en inversant les rôles. Il a battu le Canadien Denis Shapovalov 8-6 au 5e set lors du 2e tour également. Il a certainement pu consoler sa jeune victime.

L’insolite du jour

Grigor Dimitrov s’est brillamment illustré en se qualifiant facilement pour le 3e tour. Il n’a pas concédé un set à Andrej Martin. Pour le Bulgare, le plus dur a été fait avant son match. Les joueurs ne sont pas encore habitués à venir sur le court avec leurs survêtements. Il a éprouvé les pires difficultés à enlever son bas de survêtement. Il ne s’est pas blessé. Là est l’essentiel !

Djokovic en français dans le texte

Après son succès du jour, Novak Djokovic s’est exprimé en français devant les supporters pour les remercier de leur présence.