Andy Murray, tête de série N.7, s'est qualifié lundi pour les quarts de finale de Roland-Garros, en prenant le meilleur en trois sets 6-4,7-5, 7-6 (7/3) sur Fernando Verdasco (N.24), un joueur qui lui réussit décidément bien.

Murray, dont le meilleur résultat à Paris est une demi-finale en 2011, retrouvera en quarts le Français Gaël Monfils (N.23), qu'il n'a plus affronté depuis 2010.

"Nous nous sommes joué la première fois alors que j'avais 10 ans et lui 11 ans", a-t-il expliqué au sujet de la relation qui le lie à Monfils. "C'est quelqu'un qui a le sens du spectacle, il est si agréable à regarder. C'est le joueur que je préfère voir jouer."

"C'est un fantastique athlète et un mec très sympa", a-t-il ajouté. "Il devrait y avoir quelques points amusants, à cause de la manière dont nous jouons l'un et l'autre. Je suis impatient de jouer ce match." L'Ecossais a signé sa 10e victoire en 11 rencontres face à Verdasco. Les gauchers réussissent souvent bien à Murray, qui atteint ainsi pour la 13e fois consécutive les quarts de finale d'un tournoi du Grand Chelem.

Le Britannique, qui est descendu au 8e rang mondial après avoir eu du mal à récupérer d'une petite opération au dos à l'automne dernier, est entré doucement dans son tournoi. Mais cette victoire contre un Verdasco qui avait montré de belles choses jusque-là, va assurément le mettre en confiance.

Il n'a pas donné l'impression de trop se ressentir de son match en cinq sets disputés en deux jours, samedi et dimanche, face à l'Allemand Philipp Kohlschreiber. Murray, qui n'a jamais remporté le moindre titre sur terre battue, a asphyxié l'Espagnol, trop souvent contraint à forcer son jeu.

Mais l'Ecossais s'en voudra sans doute de ne pas avoir abrégé ce match. Il s'est procuré 12 balles de break dans le troisième set et n'en a concrétisé qu'une. Il a ainsi plusieurs fois eu l'opportunité de prendre deux services d'avance sur Verdasco, qui est revenu à 4-4 et l'a poussé dans un tie-break, où il a enfin su faire la différence.


Monfils en trois sets

Gaël Monfils, dernier Français encore en lice à Roland-Garros, a surclassé l'Espagnol Guillermo Garcia-Lopez, 41e mondial, en trois sets (6-0, 6-2, 7-5) pour accéder lundi aux quarts de finale du tournoi pour la quatrième fois de sa carrière.

Le Francilien, 27 ans et 28e au classement de l'ATP, n'avait plus atteint ce niveau à Porte d'Auteuil depuis 2011. Son meilleur résultat reste une demi-finale perdue en 2008 contre le Suisse Roger Federer.

Il affrontera au prochain tour l'Ecossais Andy Murray (8e) ou un autre Espagnol, Fernando Verdasco (25e).


David Ferrer & Rafael Nadal en quarts

L'Espagnol Rafael Nadal, N.1 mondial et huit fois vainqueur à Paris, a rejoint lundi son compatriote David Ferrer en quarts de finale de Roland-Garros, qui donnera donc lieu à une répétition de la finale de 2013.

Comme lors de ses tours précédents, Nadal s'est promené face au Serbe Dusan Lajovic, 83e mondial, écrasé en trois sets 6-1, 6-2, 6-1 et 1h33 de jeu. De son côté l'Espagnol David Ferrer, 5ème joueur mondial et tête de série N.5, s'est qualifié lundi pour les quarts de finale des Internationaux de France sur terre battue de Roland-Garros, la deuxième manche du Grand Chelem de tennis, et attend d'y retrouver son compatriote Rafael Nadal, qui l'avait battu en finale l'an passé.

Ferrer, 32 ans, a en effet battu le Sud-africain Kevin Anderson (ATP 20/N.19) en quatre sets 6-3, 6-3, 6-7 (5/7), 6-1, pour accéder à son 10-ème quart de finale consécutif en Grand Chelem. La rencontre a duré 2h51. Si la logique prévaut, il affrontera en quarts Nadal (ATP 1/N.1), octuple vainqueur du tournoi parisien, qui s'était montré implacable avec lui l'an passé en finale (6-3, 6-2, 6-3).

Le N.1 mondial affronte ce lundi le Serbe Dusan Lajovic (ATP 83). Face à Anderson, Ferrer a perdu son premier set du tournoi, mais a ensuite parfaitement rebondi en ne laissant aucune chance au Sud-africain dans la quatrième manche.

Sur terre battue, le Valencien a des statistiques catastrophiques contre Nadal (2 victoires, 17 défaites). Mais il peut tirer espoir de leur dernier affrontement en quarts de finale à Monte-Carlo en avril, où il s'était imposé en deux sets (7-6, 6-4).

Sa précédente victoire sur le Majorquin remontait à la première de leurs confrontations, à Stuttgart en 2004: 6-3, 6-7 (3/7), 7-5.