Clijsters attend Pisnik pour une revanche

Justine Henin-Hardenne: «rien ne sera jamais plus comme avant...»

ROSMALEN Elle a eu besoin de trois jeux pour se mettre en jambes, mais l'issue n'a jamais souffert le moindre doute. Kim Clijsters (WTA 2) s'est qualifiée sans trop de problèmes, hier, pour les quarts de finale du tournoi de Rosmalen en dominant, pour la septième fois consécutive, la petite Zimbabwéenne Cara Black (WTA 60) 6-4, 6-4.

«J'ai déjà égalé ma performance de l'année dernière», plaisanta-t-elle à même le court, faisant référence à son élimination surprise par la Slovène Tina Pisnik (WTA 44), qu'elle... retrouvera ce jeudi. «Cela fait plaisir d'avoir remporté mon premier match disputé sur gazon..»

La Limbourgeoise, tête de série n°1 du tableau, semble s'être plutôt bien remise de son fastidieux Roland-Garros. Arrivée jeudi dernier, déjà, aux Pays-Bas pour prendre ses marques sur le gazon, elle a laissé une impression très fraîche pour son entrée en lice dans le tournoi.

«Ma défaite en finale contre Justine à Roland-Garros ne m'a pas rendu malade», confia-t-elle. «Je n'ai que 20 ans et si je devais m'en faire pour cela alors qu'il y a tant de choses plus graves dans le monde, ce serait vraiment malheureux. Avec ma finale du double, je n'ai d'ailleurs pas eu le temps de gamberger. Et puis, il y a plein d'autres tournois. Place au gazon maintenant. J'aime bien jouer sur herbe. Cela date de ma finale du tournoi junior à Wimbledon, en 1998. Il s'agit vraiment d'une très agréable surface à fouler, même si je dois reconnaître que je me sens sans doute plus à l'aise sur le ciment.»

Kim Clijsters a, mine de rien, un beau petit coup à jouer à Rosmalen. Eliminée en quarts de finale l'an dernier, elle peut emmagasiner des points qui pourraient la rapprocher de la première place mondiale détenue par Serena Williams.

«Je n'y pense pas. A chaque tournoi que je dispute, j'essaye de faire de mon mieux. Ce serait fabuleux si cela devait se produire, mais il peut se passer tant de choses et je n'ai pas vu de diseuse de bonne aventure dans la salle. Je suis quelqu'un de très superstitieux. Je ne regarde par exemple jamais plus loin que le premier tour dans un tableau. Je le jure, je sais juste que je dois disputer mon premier tour à Wimbledon contre De Los Rios. De grâce ne me dites pas la suite!» On lui dira dès lors juste qu'avec l'élimination d'Amélie Mauresmo, elle possède une voie royale vers la finale à Rosmalen. Mais cela, on veut bien parier qu'elle le sait...

© Les Sports 2003