Sampras, la boucle est bouclée

Tennis

Serge Fayat

Publié le

Sampras, la boucle est bouclée
© EPA
Vainqueur de sa 14e levée du Grand Chelem, il peut partir à la retraite

NEW YORK Il y a deux ans, lors de son septième titre sur le sacro-saint gazon de Wimbledon, il était monté très haut dans les tribunes pour enlacer ses parents. Dimanche, à l'issue de sa cinquième victoire sur le ciment de Flushing Meadows, il est parti dans les gradins pour embrasser sa femme, en attente de leur premier enfant.

Pete Sampras aura confondu ses détracteurs jusqu'au bout à l'US Open. A 31 ans, alors qu'on le disait mûr pour la retraite, l'Américain a mis fin à 26 mois de disette en remportant, à New York, la quatorzième levée du Grand Chelem de sa prestigieuse carrière. Retombé au 17e rang mondial, il s'est montré impérial au service, frappant la bagatelle de 33 aces, brillant au filet, mais également en retour de service, pour battre en finale son grand rival de toujours, Andre Agassi, en quatre sets, 6-3, 6-4, 5-7 et 6-4.

`Je suppose que je suis de retour ´, lança-t-il au moment de recevoir son trophée, sorte de provocation à tous ceux qui doutaient de lui , Greg Rusedski, qu'il avait battu en cinq sets au troisième tour, en tête. `J'ai tellement bien joué. Andre me pousse toujours à sortir le meilleur de moi-même. J'étais comme sur un nuage. Je pensais pourtant que rien ne surpasserait ma victoire à Wimbledon en l'an 2000. C'est fabuleux!´ Douze ans après son premier sacre sur le ciment new-yorkais, Pete Sampras a défié le temps dans un stade Arthur Ashe plein à craquer, chauffé par le soleil et les cérémonies liées à la commémoration du premier anniversaire des attentats du 11 septembre 2001. Il s'agissait de sa huitième finale à Flushing Meadows, mais cette victoire est sa première depuis 1996, l'Américain restant sur deux défaites en finale ces deux dernières années, contre Marat Safin et Lleyton Hewitt.

`Il y a eu plusieurs points dans cette finale qui m'ont rappellé celle de 1999 à Wimbledon, où j'avais battu Andre en trois sets. J'ai nourri le sentiment que tout marchait aujourd'hui. Je savais qu'il se mettrait à mieux jouer dans la troisième manche. Je réussissais tellement tout ce que je voulais qu'il était impossible de tenir pareil rythme durant trois sets d'affilée. Le quatrième jeu du quatrième set fut capital. Le public avait commencé à s'en mêler, il bénéficia de deux balles de break, la physionomie du match avait clairement changé. J'ai réussi à m'en sortir et ce fut un énorme tournant. Pour le reste, j'ai joué du mieux que j'ai pu pour le battre. Je n'avais pas d'autre choix, car il est un grand joueur.´ Le quart de finale de l'an dernier, qu'il avait remporté en quatre tie-breaks, avait été considéré par beaucoup comme le meilleur duel jamais livré par les deux hommes. La finale de cette année, elle, aura une valeur hautement symbolique. Vainqueur de son tout premier titre du Grand Chelem en 1990, à l'âge de 19 ans, sur ce même ciment de Flushing Meadows contre Andre Agassi, Pete Sampras a en quelque sorte bouclé la boucle. Il peut, désormais, s'il le veut, partir à la retraite...

`Je ferai le point dans les prochains mois, confia-t-il. Il est un fait évident que battre Andre en finale d'un tournoi du Grand Chelem comme l'US Open constitue le plus bel épilogue possible. D'un autre côté, je nourris encore le goût de la compétition. J'ai toujours envie de jouer. Je verrai...´

SIMPLE MESSIEURS

Finale: Pete Sampras (USA/n°17) bat Andre Agassi (USA/n°6) 6-3, 6-4, 5-7, 6-4.


© Les Sports 2002

Newsletter Sports+

Vos articles Sports

Fil info