Tennis Après Van Cleemput et Dehaes, il a fait les frais d’un début de saison décevant de sa joueuse.

Le premier trimestre coûte cher au savoir-faire belge. Les entraîneurs noir-jaune-rouge tombent comme des mouches. Thierry Van Cleemput avait été le premier à lancer le mouvement. Un petit message sur Twitter avait mis fin à 4 années d’une collaboration magique avec David Goffin. Il avait envoyé Dave jusqu’en finale du Masters avec une 7e place mondiale à la clef. L’un et l’autre étaient désolés. Thierry Van Cleemput avait tenté une pige chez Simona Halep avant de revenir à ses amours au centre de tennis-étude à Ghlin. Moins d’un mois plus tard, un autre message bref tombait sur le compte cette fois de Daria Kasatkina. Elle était sincèrement triste de mettre un terme à sa collaboration avec Philippe Dehaes. Grâce au Brabançon, Kasatkina avait atteint l’an dernier les premiers quarts de finale de sa jeune carrière en Grand Chelem à Roland-Garros et Wimbledon et avait terminé l’année pour la première fois dans le top 10. Un mauvais départ en 2019 avait été fatal à ce duo qui avait ému tout le monde à Moscou. Philippe Dehaes est revenu à l’école de tennis de Wavre.

Moins d’un mois plus tard, c’est sur le compte d’Anastasia Pavlyuchenkova qu’une troisième tête belge est tombée. "C’est difficile, mais malheureusement, je dois annoncer que Simon et moi avons décidé de nous séparer après des années d’excellent travail et de succès ! Je tiens à le remercier pour tout ce qu’il a fait et lui souhaite le meilleur pour l’avenir."

Simon Goffin, le frère de David, n’a pas survécu à un début de saison décevant. Derrière le quart à l’Open d’Australie (défaite contre Danielle Collins), la Russe de 27 ans a été moins productive que prévu à Shenzhen, Hobart, Dubaï et Indian Wells. Elle reste sur trois défaites au premier tour.

En fin de saison passée, Wim Fissette avait achevé son aventure fructueuse avec Angelique Kerber à cause d’une divergence financière. Le Trudonnaire s’était recasé assez vite auprès d’une de ses anciennes protégées, Victoria Azarenka. Pour le moment, le tandem tient le coup.