Tennis Simona Halep n’est plus qu’à deux matchs d’un retour à la première place mondiale.

Alors que la Serbie déplorait la défaite de Novak Djokovic et que la Belgique pleurait l’élimination de David Goffin battu en huitièmes de finale par l’Américain Frances Tiafoe 7-5, 7-6 (6), le Masters 1000 de Miami est entré dans sa phase finale à l’occasion des quarts. La Roumaine Simona Halep a été la première à s’inviter dans le carré magique.

Troisième mondiale, elle a écarté au prix d’une solide frayeur la Chinoise Wang Qiang 6-4, 7-5. Dans la deuxième manche, le marquoir indiquait 1-5 en sa défaveur. Elle a ensuite remporté six jeux de suite pour s’imposer sur sa première balle de match.

"C’est une grande joie de jouer à nouveau en demi-finale ici et j’espère que je pourrai me hisser en finale, ce qui aurait une saveur incroyable ici", confiait Simona Halep qui défiera soit Karolina Pliskova soit Marketa Vondrousova qui s’affrontaient la nuit passée. "J’ai hâte d’être de retour dans ce magnifique stade."

Pendant son quart de finale, elle n’a pas toujours été régulière. À 4-1 dans le premier set, elle a connu une première baisse de régime. Alors qu’elle se retournait souvent vers son box, elle semblait contrariée de ne pas recevoir le soutien nécessaire. Elle a fait appel à son nouveau coach Daniel Dobre, mais c’est elle qui a parlé.

"Quand il me faut de l’énergie, soyez un peu plus énergique, applaudissez", lui demandait Simona Halep.

Le message était bien passé. Il lui a répondu avec des conseils tactiques. "Nous applaudirons et donnerons de l’énergie, mais reste concentrée. Tu joues très bien."

L’échange n’a pas refroidi la relation naissante entre les deux. Après la rencontre, Halep, qui avait fait un test en février avec Thierry Van Cleemput, a précisé sa relation avec Daniel Dobre.

"Je ne comparerai jamais un entraîneur avec Darren Cahill. J’ai eu le meilleur de ma vie avec Darren. J’ai tout compris, même s’il parlait anglais. Mais c’est bien que j’ai un entraîneur roumain, je peux peut-être mieux m’exprimer."

On comprend que Thierry Van Cleemput, qui parlait anglais avec elle, n’avait pas beaucoup de chances de faire de vieux os à ses côtés.

Si elle venait à soulever le trophée ce week-end, Simona Halep serait assurée de retrouver la place de n° 1 mondiale au détriment de la Japonaise Naomi Osaka qui a vécu un mois de mars compliqué avec des éliminations en huitièmes de finale à Indian Wells et au 3e tour à Miami. "C’est une opportunité importante pour moi de revenir à la première place", racontait encore la Roumaine. "Je dois pour ce faire gagner ce tournoi. Ce ne sera pas facile."

Cette année, Simona Halep court toujours derrière son premier titre. À Doha, elle avait été proche du bonheur, mais Elise Mertens l’avait battue en finale.