Sydney: Kim Clijsters s'impose en patron
© EPA

Tennis

Sydney: Kim Clijsters s'impose en patron

Philippe Lacourt

Publié le - Mis à jour le

La Belge a remporté la finale face à Davenport

SYDNEY - Victorieuse de Justine Henin en demi-finale la veille au terme d'une partie d'une excellente qualité (voir plus loin), Kim Clijsters a poursuivi sur sa lancée et a remporté le tournoi de tennis de Sydney, épreuve comptant pour les circuits ATP et WTA, respectivement dotés de 380.000 dollars et 585.000 dollars (environ autant d'euros). En finale, samedi, elle a battu de manière tout aussi nette, l'Américaine Lindsay Davenport, tête de série n°6) en deux sets: 6-4, 6-3.
La victoire de Kim confirme son excellente forme actuelle, la Limbourgeoise débutant sa saison de tennis comme elle avait achevé la précédente, lorsqu'elle avait remporté, face à Serena Williams, la finale des Masters féminin. Kim a réussi un joli coup à Sydney, puisqu'aux côtés de la Japonnaise Sugiyama, elle s'est également adjugé le trophée en double.
A relever que chez les hommes, le Sud-Coréen Lee Hyung-Taik s'était auparavant imposé face à l'Espagnol Juan Carlos Ferrero 4-6, 7-6 (8/6), 7-6 (7/4).


Justine Henin encore battue, mais...

Le public australien ne s'y est pas trompé. La standing ovation qu'il réserva, hier, à Clijsters et Henin, à leur sortie du central, témoignait, en effet, du plaisir, intense, qu'il avait ressenti à la vue d'un duel qui, cette fois, avait tenu toutes ses promesses, à la différence du dernier en date, sur ce tapis bleu qui habillait, en novembre, le Dôme de Los Angeles, cadre du défunt Masters. Autant, ce soir-là, Henin était effectivement apparue transparente et sans âme, autant hier, dans la nuit australienne, la toute fraîche mariée n'avait que peu de reproches à se faire, si ce n'est celui de s'être heurtée à une Kim Clijsters véritablement inébranlable et d'avoir un peu moins bien négocié que son adversaire les quelques points clés du match.

Juju eut beau lâcher ce merveilleux revers qui n'appartient qu'à elle, elle eut beau frapper fort et long son coup droit, elle eut beau délivrer un pourcentage appréciable de premières balles de service et ne comptabiliser qu'une seule double faute, elle eut beau courir derrière des balles impossibles et les ramener, rien n'y fit, effectivement, pas même le fait de sauver quatre balles de match dans un 17e jeu d'une rare intensité dramatique et d'une grosse qualité technique. `Je suis pourtant légitimement un peu déçue, car je n'ai pas su pleinement profiter des occasions qui se sont présentées à moi, glissera plus tard Justine Henin. Ou, alors, on peut estimer que c'est Kim qui, sur ces coups-là, témoigne d'une plus grande maîtrise que moi. Seule certitude, que la vérité appartienne à l'une ou l'autre des hypothèses, c'est à moi de travailler mon mental pour gérer du mieux possible ces situations critiques qui se présentent dans une rencontre de ce niveau...´

Justine Henin n'a pas tort. Car même dans le jeu qui précipita le premier break du match, le sixième, elle a mené par 40-15, n'ayant pas donné l'impression jusque-là, dans sa réplique, qu'elle pourrait céder à une quelconque forme de pression. Mais la force de Clijsters, aujourd'hui, et au-delà de son énorme registre tactique et technique, réside dans cette présence qu'elle exerce sur la partie. Elle est partout sur le court, alterne les effets avec une efficacité maximale, joue avec les longueurs sans redouter la faute directe, maîtrise la volée avec adresse et mise sur un service perforant, tant en première qu'en seconde balle. A la voir jouer avec ce degré de confiance et cette puissance naturelle, on comprend d'ailleurs mieux pourquoi, si l'on excepte les soeurs Williams, toutes ses autres adversaires du moment sont à chaque fois exécutées en moins d'une heure de jeu.

On ne sait pas si ce sera le cas, aussi, de Lindsay Davenport à l'occasion de cette finale qui débute ce matin à 9h30 belge (TV en direct sur Canvas). L'Américaine est d'un très gros calibre elle aussi, même si sa longue absence pour cause de blessure l'a éloigné de l'actualité. Pour elle, le test Clijsters sera révélateur de son potentiel, elle qui fut, ne l'oublions pas, un numéro 1 mondial de qualité...

© Les Sports 2003

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info