On était censé préfacer cet Australian Open comme un Grand Chelem historique pour Novak Djokovic. Celui où il pouvait dépasser ses meilleurs ennemis Rafael Nadal et Roger Federer au nombre de majeurs remportés. Celui également où il pouvait atteindre sa propre "Decima" en Australie, son terrain de jeu préféré.

Si à l'heure actuelle, ces records historiques sont toujours accessibles puisque le Djoker s'entraine toujours sur le sol aussie, les nombreuses polémiques liées à son arrivée en Océanie prennent finalement la pas sur les enjeux sportifs.

Alors que le tirage au sort du premier Grand Chelem de l'année a été effectué ce jeudi matin, la planète entière avait les yeux braqués sur la présence ou non du numéro un mondial. Finalement au rendez-vous, le grand favori du tournoi a obtenu un tirage relativement clément.  

Dans la première partie de tableau, il sera d'aord opposé à son compatriote Miomir Kecmanovic et n'aura aucun top 10 sur son passage avant Matteo Berrettini (ATP 7) en quarts de finale. Mais tout cela n'est que théorie à l'heure actuelle puisque son sort est entre les mains d'Alex Hawke, ministre australien de l'immigration. Le monde de la petite balle jaune attend donc impatiemment le verdict du politicien, qui a le pouvoir d'annuler le visa du Serbe. Mais s'il venait à être expulsé, quel impact aura cette décision sur le tableau masculin ? Deux cas de figure sont possibles. Explications.

Djokovic est expulsé avant la publication du programme de la première journée

Dans ce cas de figure, le tableau serait en partie chamboulé. Pour laisser en place les têtes de série "protégées", Medvedev, Zverev et Tsitsipas, c'est le Russe Andrey Rublev, cinquième tête de série, qui prendrait ainsi la place du Serbe, traditionnellement réservée à la tête de série N°1. Dans le jeu des chaises musicales, la place du Russe sera alors prise par Gaël Monfils (ATP 19 et 17e tête de série), qui devra donc changer de partie de tableau et affronter l'Italien Gianluca Mager. La place du Français serait quant à elle reprise par le premier joueur non tête de série, à savoir Alexander Bublik.

Djokovic est expulsé après la publication du programme de la première journée

C'est probablement le scénario dont rêvent tous les joueurs de la première partie de tableau. En cas d'expulsion tardive de Nole, celui-ci sera remplacé par un Lucky Loser (un perdant du dernier tour des qualifications). Cela laisserait donc une voie royale à des joueurs comme Monfils, Norrie ou Garin, qui se retrouvent tous sur la route du Serbe avant les quarts de finale et auraient alors un sacré coup à jouer.

Dans ces deux cas de figure, cela n'impacterait pas le seul Belge en lisse puisque David Goffin (ATP 45) a été versé dans la deuxième partie de tableau. 

En revanche, si Djokovic fait appel de la décision future du ministre de l'immigration, il pourra continuer de jouer jusqu'à ce qu'il soit expulsé du territoire australien, perde ou remporte le tournoi. Mais il ne sera pas remplacé en milieu de tournoi. Si le Serbe doit se retirer, son prochain adversaire avancera directement au tour suivant.

La saga est loin d'être terminée mais tout le monde attend une chose : qu'après tant de polémiques, la petite balle jaune commence enfin à faire parler d'elle à partir de lundi.