L'Américaine ne réussit pas aux Belges: elle a encore battu Clijsters

MIAMI Décidément, Monica Seles ne réussit guère aux joueuses belges. C'est bien simple: depuis le début de leur carrière, Justine Henin et Kim Clijsters n'ont jamais réussi à battre l'Américaine.

Celle-ci s'est encore imposée, hier, en quart de finale du tournoi de Miami, face à la Limbourgeoise (4-6, 6-3, 6-3). `Tout s'est joué sur quelques points dans la troisième manche. Le match était très équilibré et pouvait, à tout moment, basculer d'un côté ou de l'autre´, expliqua Seles après sa victoire.

Et c'est vrai que la partie fut équilibrée. Clijsters s'adjugea même la première manche grâce à la qualité de son service (69% de premières balles) et aux erreurs directes de son adversaire (4 double fautes et deux breaks concédés). Mais, au fil des échanges, s'appuyant sur sa longueur de balle et sur son expérience, l'ancienne numéro un mondial prit insensiblement l'ascendant. `J'ai serré le jeu au maximum pour la pousser à la faute´ ajouta Seles, qui affrontait, la nuit dernière (trop tard pour cette édition), Jennifer Capriati en demi-finale.

Lors des deuxième et troisième sets, l'élève de Carl Maes commit respectivement dix et onze fautes directes là où sa rivale n'en comptabilisait que neuf et six. C'est là que se joua le sort de la partie. Plus solide, Seles prit, au total, cinq fois le service de la joueuse belge. Une rente suffisante pour lui permettre de s'imposer en une heure et trente-huit minutes.

Les deux joueuses s'étaient déjà affrontées à deux reprises, chaque fois lors de la Hopman Cup qui ouvre traditionnellement la saison. Et Seles, fine tacticienne, avait déjà remporté ces rencontres dans des circonstances analogues. Faut-il y voir le signe qu'à ce niveau la faculté de bien jouer les points importants est essentielle? Sans doute.

Il reste que Clijsters n'a pas à rougir de ses prestations sur le ciment de Miami. Par rapport à Indian Wells (où elle avait quitté la scène d'entrée face à Nathalie Dechy), elle est apparue en évident progrès. Et, physiquement, elle n'a visiblement pas souffert de sa fracture de stress. Bref, on a le droit d'être relativement optimiste à la veille de la saison sur terre battue et à deux mois du tournoi de Roland-Garros où, vu son statut de finaliste en 2001, elle aura une montagne de points à défendre.

Côté masculin, signalons les qualifications pour les demi-finales de deux vieux renards du circuit: Andre Agassi et Marcelo Rios qui s'affronteront ce vendredi. Tenant du titre, l'Américain rêve d'entrer dans la légende en remportant le tournoi pour la cinquième fois de sa carrière, un exploit réussi, à ce jour, par la seule Steffi Graf, son... épouse!

Reste à savoir ce qu'en pense ce diable de Rios, le masque toujours aussi ténébreux. En 1998, la finale de ce tournoi de Miami (ex-Key Biscayne) avait opposé les deux hommes et le Chilien l'avait emporté. Le Kid ne l'a pas oublié...