Fin août dernier, Novak Djokovic annonçait la création de la PTPA, l'association des joueurs de tennis professionnels qui entrerait en concurrence avec l'ATP, la structure officielle actuelle qui gère le tennis mondial depuis 1990.

Ce projet ne fait pas que des heureux dans le monde du tennis. Roger Federer et Rafael Nadal avaient à l'époque appelé à l'unité et non à la division des joueurs de tennis professionnels.

Cette semaine, lors du Masters de Londres, l'Espagnol en a remis une couche dans les colonnes du quotidien espagnol AS : "Ce n’est pas parce qu’ils ont créé cette organisation qu’ils aident le tennis plus que les autres joueurs qui croient en la structure habituelle, au sein de l’ATP", estime Nadal pour qui l'ATP fait du bon travail grâce à l'implication commune des grands joueurs notamment, "si nous avons vécu des situations positives, c’est grâce à l’implication de Roger, la mienne, mais aussi Novak et Andy car on a toujours eu le souci de demander aux autres ce dont ils avaient besoin."

L'origine du mal pour Djokovic et sa nouvelle association se situe au niveau des salaires pour les joueurs moins bien classés. Mais Nadal est convaincu que c'est un problème qui est déjà pris très au sérieux par l'ATP : "Si nous comparons les revenus d’il y a 5, 6, 7 ou 8 ans à aujourd’hui, il est clair que nous avons considérablement réduit l’écart entre les joueurs les moins bien classés et les meilleurs. Nous savons que nous devons continuer à travailler là-dessus, mais nous ne considérons pas qu’une autre organisation soit nécessaire."