Roger Federer n'a plus joué depuis sa défaite en demi-finale de l'Open d'Australie face à Novak Djokovic. L'Open d'Australie a d'ailleurs été sa seule sortie de toute l'année 2020. Il a passé le cap des 39 ans loin des courts à cause d'une blessure au genou. La mauvaise nouvelle était tombée en février à un moment où le circuit ne vivait pas encore au rythme du Covid-19. Le Bâlois avait déjà tiré un trait sur toute la saison. Il a soigneusement compté ses sorties médiatiques alors qu'il est resté assez discret sur ses réseaux sociaux, ne se privant pas d'une petite sortie lors d'un débat qui agitait le circuit. Pour le site BecomingX, Rodgeur est revenu sur la recette d'une carrière réussie.

"En fait, je ne sais pas exactement pourquoi j’ai autant réussi. On ne vise pas 20 Grands Chelems. On ne vise pas la place de numéro 1 mondial de toute façon. Pas chez moi, pas d’où je viens, en Suisse. Je ne crois pas qu’on rêve aussi grand. Ce n’est pas quelque chose qui se fait rapidement ou facilement. Si vous êtes passionné par ce que vous faites, continuez, continuez à y croire, visez la lune et entourez vous des bonnes personnes. Et si vous y tenez vraiment, une chose en laquelle je crois, c’est de ne pas gâcher son talent. Vous pouvez toujours maîtriser votre esprit, votre forme physique et vos efforts. Si vous faites de votre mieux, au moins vous n’aurez pas de regrets et vous pourrez rétrospectivement être fier de ce que vous avez accompli."

Il en a profité pour rappeler ses premiers pas sur le circuit. Lors de son baptême sportif, il avait été balayé sèchement. "Mon tout premier match (en Suisse), j’ai perdu 6-0, 6-0 et j’ai entendu des rumeurs selon lesquelles la fédération locale disait : 'Eh bien, peut-être qu’il n’est pas aussi bon que nous le pensions'. Comme de nombreux joueurs, il a dû quitter sa famille lors de son adolescence. "Je suis parti à 14 ans au Centre national de tennis. J’étais dans une grande famille du lundi au vendredi et je ne rentrais à la maison que le week-end, et j’aurais vraiment le mal du pays pendant les neuf premiers mois. Les résultats ont chuté, je manquais de confiance, je ne parlais pas la langue, j’avais vraiment du mal."

Plus de deux décennies plus tard, la passion du tennis n'a pas pris la moindre ride. Roger est devenu la légende. Il a relevé tous les défis. À 39 ans, il n'a toujours pas tiré un trait sur sa passion. Sur son compte Instagram, il a redonné ls sourire à tous ses fans. On le voit s'entraîner sur surface dure à son domicile. Il a prévu de disputer l'Open d'Australie. En tout cas, il s'entraîne pour être en ordre sur un plan physique.