"Nous n'avions pas d'autres alternatives viables", a déclaré Ian Hewitt, président de l'All England Club's, responsable de l'organisation du tournoi, mardi. Hewitt a précisé que les organisateurs avaient deux possibilités: exclure les joueurs et joueuses russes et bélarusses ou les autoriser à participer à condition qu'ils signent une déclaration qui condamne l'invasion de l'Ukraine par Moscou.

"Nous avons longuement réfléchi et sommes arrivés à deux conclusions. La première, même si nous acceptions les joueurs et joueuses avec une déclaration signée, nous risquerions de voir leur succès ou leur participation être utilisés par la propagande russe. Dans un second temps, nous avons le devoir de nous assurer qu'aucune de nos actions ne doit mettre en danger les joueurs ou leurs familles. Nous comprenons et regrettons profondément l'impact que cette décision aura sur toutes les personnes concernées."

Une décision qui avait fait réagir la WTA et l'ATP qui doivent se réunir à Madrid cette semaine. "Nous n'allons pas spéculer sur ce qui pourrait ou ne pourrait pas arriver dans le futur", a ajouté Sally Bolton, CEO du tournoi.

Bolton s'est également exprimé sur la situation sanitaire et a précisé que la vaccination contre le coronavirus ne serait pas une condition obligatoire pour participer au tournoi. Ce qui veut dire que le N.1 mondial Novak Djokovic, non-vacciné, pourra défendre son titre. "Comme vous le savez, la vaccination n'est pas obligatoire pour entrer sur le territoire britannique et elle ne sera pas non plus pour participer au tournoi."