Alors que le Masters 1000 de Miami pleure l’élimination de sa tête de série no 1 Daniil Medvedev, le Masters 1000 de Monte Carlo regrette l’absence d’un des deux meilleurs terriens du moment. Dominic Thiem traverse une période délicate. Les lendemains du sacre de l’US Open sont plus compliqués que prévu. À Roland-Garros, il avait coincé en quarts de finale contre Schwartzman. Chez lui, à Vienne, il avait été évincé en quarts contre Rublev. S’il avait été en finale du Masters, il ne s’attendait pas à s’effondrer durant le premier trimestre de 2021. Thiem a toujours passé des hivers très durs où il bossait le foncier comme un dingue avec des méthodes sans pitié.

Avec Nadal blessé, Federer en convalescence, il semblait le mieux armé pour rivaliser avec Djokovic. L’ATP Cup, l’Australian Open, à Doha, autant de rendez-vous décevants. À Dubaï, il a pris un uppercut en pleine figure en perdant contre Lloyd Harris (ATP 81) lors de son entrée en lice. Il a choisi de se retirer pour bosser dans l’ombre et capter la lumière à Paris. Exit Miami. Le choix est logique. Exit Monte-Carlo. Le choix montre la gravité de sa crise existentielle. Il n’accuse pas une douleur au pied. "Mon pied, ce n’est pas vraiment le problème principal. C’est juste que je ne joue pas bien. Globalement, c’est une période difficile pour moi. Après Doha et Dubaï, j’ai eu besoin d’un break. Je ne me sens pas encore à 100 %. Je suis désolé, j’aurais adoré jouer à Monte-Carlo mais cela n’est pas possible. De dures semaines m’attendent, je dois encore beaucoup travailler", a-t-il confié.

Il pourrait faire son retour au tournoi de Belgrade, qui débutera le 19 avril prochain