Tennis

Battre Roger Federer devient de plus en plus gênant pour certains.

L'aura du Suisse a largement dépassé le cadre d'un match depuis belle lurette. A Dubaï, le directeur du tournoi n'avait pas eu peur de proclamer avant le tirage au sort du tableau qu'il souhait que le Bâlois soulève le trophée. A chaque rencontre, le public n'a d'yeux que pour l'orfèvre suisse. Face à Fedex, même un joueur local n'est pas certain de gagner à l'applaudimètre lors de la montée sur le terrain. Lors des discours d'après-match, les rares bourreaux de Rodgeur ont toujours une estime perceptible pour les immenses exploits de leur adversaire du jour.

Battre Federer est un crime sportif. Dominic Thiem, qui pataugeait depuis le passage à l'an neuf, a découvert la sensation de soulever un trophée à côté d'une légende. Lors de ses 11 premiers titres, il avait eu à côté de lui Mayer, Sousa, Goffin, Almagro, Tomic, A. Zverev, Kohlschreiber, Carreno, Bedene, Simon et Klizan. Ils sont tous très bons, mais personne ne souffre la comparaison avec le maître.

Pendant son discours à Indian Wells, l'Autrichien était d'ailleurs embarrassé au moment de s'adresser à Federer qu'il considère sur une autre planète. Il estimait qu'il n'avait pas le droit de le féliciter. Le public a ri.

"Je ne crois pas que je le rattraperai (rires)", confiait-il plus tard devant la presse. "C'est une telle légende et pour nous, un peu plus jeunes, c'est un privilège de pouvoir encore l'affronter. En plus, jouer contre lui vous permet d'apprendre beaucoup de choses. Là, son niveau au premier set était irréel, j'ai dû m'y accoutumer. Federer est une telle légende. Pour tous les joueurs plus jeunes comme nous, c’est un privilège de pouvoir jouer contre lui surtout dans les finales de grands tournois. Contre Roger, Rafael Nadal ou Novak Djokovic, il ne faut pas seulement surpasser le joueur, mais aussi l’aura qu’ils ont après avoir gagné tous ces titres. Il faut donc jouer deux fois mieux pour les battre."

Ces quelques mots illustrent le complexe d'infériorité de la plupart des joueurs du circuit qui ont entre 25 et 35 ans. La plus jeune garde a fait table rase du plus merveilleux palmarès de l'ATP.

Quant à Roger Federer, il était déçu, mais il a prévu de rebondir dès cette semaine à Miami. "Physiquement, je me sens en excellente forme", a-t-il confirmé. "Je crois que je peux continuer sur cette lancée la semaine prochaine, à Miami qui a toujours fait partie de ma programmation. Vu comment je joue en ce moment, ça me donne l'espoir de faire bien mieux que l'an dernier, où j'avais perdu dès mon premier match. Le plus important, c'est que je n'ai pas de blessure. Alors, pourquoi ne pas jouer ?"

Après Miami, il se mettra au vert pour préparer la terre battue. Son retour sera alors programmé à Madrid.