Novak Djokovic a remporté le tournoi de tennis de Roland-Garros dimanche à Paris. Le Serbe N.1 mondial a redressé une situation très compromise en finale où il était opposé au Grec Stefanos Tsitsipas (ATP 5). Mené deux manches à zéro 6-7 (6/8), 2-6, il a réussi à s'adjuger les trois suivantes 6-3, 6-2 et 6-4. Il remporte à 34 ans la 2e levée du Grand Chelem pour la seconde fois de sa carrière cinq ans après sa victoire qui lui avait permis de détenir les quatre titres majeurs en même temps. Il a aussi perdu quatre finales sur l'ocre parisienne. Tsitsipas jouait à 22 ans sa première finale en Grand Chelem.

"C'est un rêve de jouer la finale pour gagner une des quatre grandes coupes de notre sport. Je ne suis plus jeune, je dois chercher chaque jour une motivation. Mes enfants, ma femme, ma famille, mon team m'aident beaucoup. Je suis très fier, très content, très heureux. J'espère encore revenir encore au moins une ou deux fois ici avec le public." A propos de Tsitsipas, "je comprends ce qu'il vit. C'est difficile après une finale du grand chelem (perdue, ndlr). Ce sont les matches qui vous apprennent le plus de leçons. Je suis certain qu'il va gagner beaucoup de titres à l'avenir".

Stefanos Tsitsipas, visiblement déçu a déclaré :"ça a été une très très grosse bataille. Je me suis battu du mieux que j'ai pu. C'est la première fois que je suis en finale ici. J'ai fait un beau parcours durant la quinzaine, j'en suis content. Il faut féliciter Novak c'est un grand champion, il l'a prouvé ces dernières années. J'ai été inspiré par tout ce qu'il fait et j'espère réaliser un jour ne serait-ce que la moitié de ce qu'il a réalisé."

Une finale en cinq sets 

Ce succès est le 19e de Djokovic en Grand Chelem, en 29 finales, après ses 9 titres en Australie, ses 5 victoires à Wimbledon, ses 3 succès à l'US Open et désormais ses 2 titres à Paris. Il n'est plus qu'à une longueur du record de 20 titres majeurs que partagent les deux autres membres du "Big 3" : Roger Federer et Rafael Nadal.

Il faut remonter à 2004, et la victoire de l'Argentin Gaston Gaudio, pour retrouver une finale de Roland-Garros se jouer en cinq sets. Depuis le premier succès de Rafael Nadal en 2005, on n'a jamais dépassé les quatre manches.

Novak Djokovic a déjà remporté cette saison l'Open d'Australie et le 2e tournoi de Belgrade. Il compte désormais 84 titres sur le circuit ATP au soir de sa 120e finale.

Il a remporté le 5e match de sa carrière après avoir été mené deux manches à rien. Cette année, il a connu cette situation en huitièmes de finale, contre le tombeur au premier tour de David Goffin l'Italien Lorenzo Musetti qui, à bout physiquement, avait abandonné dans le 5e set.

Tombeur en demi-finales du maître des lieux Rafael Nadal, titré à treize reprises à "Roland'", Djokovic partait avec les faveurs du pronostic face au meilleur représentant de la "Next Gen", très brillant sur terre battue cette saison.

Le premier set a répondu à l'attente. "Djoko" alignait ses services assez facilement mais Tsitsipas ripostait grâce de bonnes mises en jeu. Le duel demeurait indécis et de haute facture. Quand le Serbe a pris le service du Grec à 6-5, Tsitsipas a eu une superbe réaction, sauva une balle de set et força le tie-break. De manière étonnante, Djokovic se montra fébrile et se retrouva mené 0/4. Il a encore réussi à retourner la situation pour égaliser à 5/5 et s'offrir une 2e balle de set à 6/5. Tsitsipas retourna encore la situation et arracha après 1h12 la première manche 6/8.

La perte du set eut un effet étonnant. Djokovic sembla éprouvé physiquement et fut incapable de répondre à son cadet de douze ans qui fila à 6-2 pour mener deux manches à rien après 1h43 de jeu.

Après un passage par les vestiaires, c'est un tout autre Djokovic qui est remonté sur le Court Philippe Chatrier. La tête de série N.1 est redevenue le patron du match est a enfilé les jeux pour égaliser à deux manches partout 6-3 et 6-2 après 3h13 de match.

Comme dans sa demi-finale, contre l'Allemand Alexander Zverev (ATP 6), Tsitsipas avait vu son avantage de deux sets être réduit à néant. On attendait de voir sa réaction dans le 5e set. Il sauva d'emblée une balle de break. Mais, le patron était bien Djokovic et dans le jeu de service suivant de son adversaire, il réalisait le break (2-1) et ajoutait un jeu "blanc" pour mener 3-1. L'appui du public ne sauva pas le jeune. Malgré tout son possible, il se révéla impuissant face à la domination de l'ancien. Comme l'an dernier en demi-finale de ce même tournoi où le succès s'était joué en cinq manches et avait là aussi basculé du côté du champion reconnu.

Novak Djokovic pouvait conclure son incroyable remontée à sa 2e balle de match, après 4 heures et 11 minutes de jeu.