La génération dorée italienne a pris Paris d’assaut. Samedi, Matteo Berrettini, Jannik Sinner et Lorenzo Musetti se sont qualifiés pour les huitièmes de finale : c’est la première fois de l’ère Open que trois joueurs italiens seront en deuxième semaine d’un tournoi du Grand Chelem. C’est également la première fois que deux joueurs de moins de 20 ans sont en huitièmes à Paris depuis 2006 (Novak Djokovic et Gaël Monfils), et la première fois en Grand Chelem depuis l’US Open 2017 (Andrey Rublev et Denis Shapovalov).

Ils ne vont pas non plus se contenter d’être en huitièmes, ils vont y affronter le gratin de l’histoire du tennis puisque Sinner défiera Rafael Nadal et que Musetti en découdra avec Novak Djokovic. Les deux joueurs de 19 ans sont en progression constante, avec un Sinner largement en avance puisque déjà quart de finaliste ici l’an passé et classé à la 19e place mondiale.

Vainqueur de Mikael Ymer samedi (6-1, 7-5, 6-3), Jannik Sinner aurait quand même aimé éviter Nadal cette fois : "On a tous hérité de sacrés clients et d’un côté, c’est un bon test mais c’est quand même très dur. J’ai déjà joué deux fois contre Rafa et j’espère que le prochain match sera, cette fois, différent."

Musetti a, lui, explosé cette saison avec une demi-finale à Acapulco en sortant des qualifications et une autre à Lyon. 76e au classement ATP, le tombeur de David Goffin a lutté pendant cinq sets samedi face à son compatriote Marco Cecchinato (3-6, 6-4, 6-3, 3-6, 6-3) afin de gagner le droit de s’attaquer au n°1 mondial. "Jannik et moi sommes le tennis du futur italien et du tennis tout court. Je suis très heureux de ma progression cette année : je viens de jouer mon premier match en cinq sets et désormais je vais défier Novak Djokovic ! C’est pour ça que je travaille si dur depuis tant d’années."

À côté de ces deux-là, Matteo Berrettini, 25 ans, ferait presque déjà figure d’ancien mais le neuvième joueur mondial, demi-finaliste de l’US Open en 2019, disputera pour la première fois seulement les huitièmes à Paris.