Une affaire de famille...

Tennis

S. G.

Publié le

Une affaire de famille...
© EPA
La WTA est devenue la Williams Tennis Association

NEW YORK Les Américaines Serena et Venus Williams ont actuellement une telle mainmise sur le tennis mondial féminin que le circuit WTA prend des allures de Williams Tennis Association.Les deux soeurs ont disputé à Flushing Meadow leur troisième finale familiale cette saison, Serena, la cadette au corps musculeux, ajoutant le trophée de l'US Open à ceux de Roland-Garros et de Wimbledon. Au passage, les deux cogneuses du circuit ont consolidé leurs deux premières places au classement mondial, creusant un gouffre entre elles et les autres filles.

Objectif Australian Open

La domination d'une étoile ou la rivalité entre deux championnes est monnaie courante dans l'histoire du tennis féminin, à l'image des Américaines Chris Evert, Martina Navratilova et Monica Seles et de Steffi Graf. Mais jamais deux soeurs, ensemble...

En Grand Chelem, le nom Wil- liams est désormais inscrit sur trois des quatre trophées: les quatre dernières années à l'US Open (Venus en 2000 et 2001, Serena en 1999 et 2002), à Wimbledon (Venus en 2000 et 2001, Serena en 2002) et à Roland-Garros avec le sacre de la plus jeune en juin dernier. Seul l'Australie leur a échappé cette année, Venus cédant en quarts de finale en l'absence de Serena, blessée. Et cette dernière est prête à combler ce vide...

`L'objectif est d'aller là-bas et, soit moi, soit Venus, de gagner ce tournoi qui nous échappe´, explique la championne.

Treize titres cette année

Vu leur domination et leur jeunesse (20 ans pour Serena et 22 pour Venus), le Grand Chelem, que Steffi Graf a été la dernière à réaliser en 1988, paraît largement à leur portée. Reste à savoir si elles se partageront le gâteau, comme elles le font sur le circuit en ne s'alignant jamais ou presque dans les mêmes tournois, ou si le bulldozer Serena continuera d'écraser tout sur son passage, même son aînée.

Au total, Serena et Venus ont glané 13 titres cette saison. La cadette en a remporté six, dont trois du Grand Chelem (Scottsdale, Miami, Rome, Roland-Garros, Wimbledon et l'US Open), et n'a concédé que quatre défaites. L'aînée en a gagné sept (Gold Coast, Paris Coubertin, Anvers, Amelia Island, Stanford, San Diego, New Haven) pour autant de matches perdus, parmi lesquels trois contre sa soeur.

Au passage, les deux frangines ont aussi enrichi leurs comptes en banque: avec les 900.000 dollars de Flushing Meadow, Serena a porté son capital 2002 au-delà des 3 millions de gains (3.154.317) tandis que sa soeur franchissait le cap des 2 millions (2.084.381).

`Cela risque d'ennuyer les gens à la longue´, estimait Amélie Mauresmo après sa défaite en demi-finale contre Venus à New York.

Probablement les autres joueuses et leurs familles. Mais le public et la télévision américaine, avides de fierté patriotique, ne s'en seront certainement pas plaints...

© Les Sports 2002

Newsletter Sports+

Vos articles Sports

Fil info