Au prochain tour, Serena poursuivra la quête de son 24e titre majeur, qui lui permettrait d'égaler le record de Margaret Court, face à la Grecque Maria Sakkari (22e).

Dans le tableau masculin, toujours sans faire de bruit mais avec une efficacité diabolique, Daniil Medvedev continue d'avancer.

Boucles d'oreille, coiffure en brosse trop longue sur le dessus... et au niveau du cou, bandeau pour tenir l'ensemble et pouvoir frapper comme un boeuf sur tout ce qui bouge, JJ Wolf a des faux airs d'André Agassi période 1990.

Sauf qu'à 21 ans, et pour sa première apparition dans un tournoi du Grand Chelem, l'Américain (138e) commet beaucoup plus de fautes que ne le faisait son aîné. Pas moins de 41 en trois sets... trop pour pouvoir espérer mettre en échec un stratège comme Medvedev qui s'est imposé 6-3, 6-3, 6-2 en 1h48.

"Je suis content d'avoir gagné encore une fois en trois sets, surtout après six mois d'arrêt. Ce n'est pas simple, mais je me sens bien", a commenté le Russe. En trois matchs, il a passé moins de six heures sur le court et a parfaitement tenu son rang de 5e mondial en se montrant absolument implacable face à des adversaires réputés plus faibles.

Perdant d'une finale d'anthologie l'an dernier face à Rafael Nadal, le Russe de 24 ans affrontera lundi Marton Fucsovics (66e) ou Frances Tiafoe (82e) pour une place en quarts.

Son compatriote Andrey Rublev (14e) s'est également montré expéditif face à l'Italien Salvatore Caruso (100e) qu'il a écarté 6-0, 6-4, 6-0 en 1h24.

Il trouvera adversaire bien plus à sa taille dès le prochain tour puisqu'il se frottera à l'Italien Matteo Berrettini (8e). Et le demi-finaliste de l'an dernier est en forme: il a tranquillement assommé le Norvégien Casper Ruud (37e) 6-4, 6-4, 6-2 en 2h03.

.