Andre Agassi affrontera en demi-finale l'Espagnol Juan Carlos Ferrero tandis que Andy Roddick défiera l'Argentin David Nalbandian

NEW YORK Les quatre hommes se sont qualifiés en quarts de finale ce vendredi après-midi. Impressionnants depuis le début d'une quinzaine en partie perturbée par la pluie (de lundi à jeudi cette semaine), Agassi et Roddick endossent le costume de favoris des demi-finales.

Agassi, très au point physiquement -le numéro un mondial est le joueur qui a passé le moins de temps sur les courts-, veut effacer sa déception de l'an dernier quand il avait été battu en finale par son compatriote, désormais retraité, Pete Sampras. Vendredi, le Kid de La Vegas, tête de série N.1, n'a laissé aucune chance à l'Argentin Guillermo Coria (N.5) dominé 6-4, 6-3, 7-5.

Certes Coria était diminué par des blessures au pouce de la main droite et à la cuisse gauche mais le jeune Argentin, très accrocheur, restait un adversaire difficile à manoeuvrer. "Après plusieurs jours sans tennis à attendre que la pluie cesse enfin, ce n'était pas évident de retrouver le bon rythme. Mais après un début de match difficile, j'ai progressivement élevé mon niveau de jeu pour finalement contrôler la partie", expliquait l'Américain.

Face à Ferrero, Agassi partira avec les faveurs du pronostic mais il devra se méfier du vainqueur de Roland Garros. "Je n'ai jamais aussi bien joué sur surface dure que cette année. Contre Andre, je serai très motivé car si je gagne ce match, je deviendrai numéro un mondial.", avançait l'Espagnol, vainqueur de l'Australien Lleyton Hewitt en quatre sets 4-6, 6-3, 7-6 (7/5), 6-1.

Andy Roddick a lui poursuivi sa série de matchs sans défaite, portant à 17 son nombre de victoires consécutives. Vendredi, il a dégoûté le géant Hollandais Sjeng Schalken (6-4, 6-2, 6-3). A nouveau prodigieux en coup droit, auteur de 15 aces, le jeune (21 ans) protégé de Todd Martin semble inarrêtable cet été.

"Andy est très solide. Il est très en confiance sur son coup droit. Il ose beaucoup de choses très difficiles. Même sur la première balle de service de son adversaire. Il peut gagner ce tournoi", avouera Schalken après son sévère échec. "La finale? Forcément j'y pense. Elle est désormais proche. Mais tellement loin aussi. Je dois d'abord gagner demain. Ce ne sera pas facile", tempérait Roddick.

Le cadet des joueurs encore en course partira pourtant largement favori, samedi, en demi-finale face à l'Argentin David Nalbandian (N.13) qui a mis fin en quatre sets (7-6, 6-2, 3-6, 7-5) au rêve de Younes El Aynaoui. Nalbandian est le premier Argentin à atteindre les demi-finales de l'US Open depuis Guillermo Vilas en 1977.