Tennis

La Belgique et l'Espagne sont à égalité, une victoire partout, samedi à l'issue de la première journée du match de barrage pour le maintien dans le Groupe mondial de la Fed Cup de tennis, disputé au Lange Munte de Courtrai. 

Pour les Belges, la bouteille n'est qu'à moitié pleine, ou à moitié vide, dans la mesure où le 2-0 était en vue, après l'exploit de Kirsten Flipkens (WTA 59) qui a battu Garbine Muguruza (WTA 19) 6-3, 4-6, 6-4 à l'issue de la rencontre d'ouverture.

Mais Alison Van Uytvanck (WTA 52) n'a ensuite pas existé contre Carla Suarez Navarro (WTA 27), qui l'a en effet écrasée 6-3, 6-2.

"On a assisté à deux matches complètement différents", a bien dû reconnaître Van Herck. "C'est sûr qu'Alison peut sûrement beaucoup mieux jouer que cela. Kirsten a par contre atteint un niveau incroyablement élevé. Elle a joué un match, à la fois tactiquement et mentalement parfait. Il ne suffisait pas d'avoir établi le bon plan pour battre Muguruza, encore fallait-il être capable de le mettre en oeuvre. Ce que Kirsten a magnifiquement accompli. C'était plus difficile pour Alison. Elle a eu des opportunités au début, mais ne les malheureusement pas saisies. Je tiens également à ne pas passer sous silence la grosse prestation de Suarez Navarro. On ne va de toute façon pas se lamenter, mais au contraire accepter et analyser ces résultats. Si je compte bien on doit encore gagner deux matches dimanche, pour se maintenir dans le Groupe mondial, et c'est ce qu'on va faire. Les joueuses doivent maintenant récupérer afin d'être prêtes demain. Ce qui vaut aussi pour le public. On comptera en effet à nouveau beaucoup sur l'ambiance méridionale qui a enflammé la salle aujourd'hui", conclut Johan Van Herck.