Tennis

Sans véritable patronne, le groupe marron a livré ses verdicts : Schiavone et Dementieva passent à la trappe

DOHA Le groupe marron illustre à quel point le tennis féminin, en l’absence des sœurs Williams, se cherche une vraie patronne. Dementieva, balayée par Wozniacki; Stosur impériale durant cinq sets avant de craquer sous la pression tandis qu’elle était déjà qualifiée; Wozniacki, dépassée par Stosur et Schiavone très irrégulière, aucune ne donnait l’impression de dominer son sujet dans ce grand rendez-vous de fin d’année. Pourtant, ce groupe réunit une joueuse qui dispute son 10e Masters, la n°1 mondiale et la lauréate du dernier Roland-Garros.

En début de journée, Samantha Stosur, qui a réalisé un coup de maître pour sa première participation au Masters, a relancé malgré elle tout le suspense dans ce groupe en s’inclinant face à Elena Dementieva après avoir assuré l’essentiel en remportant le premier set, synonyme de première place du groupe. Par la suite, elle a progressivement rompu (4-6, 6-4 et 7-6). “Quelle mauvaise habitude !” confiait la Russe. “J’attends toujours d’être menée d’un set et d’un break avant de réagir. Tout reste possible dans ce groupe.”

En effet, si l’Italienne avait battu la n°1 mondiale, la seconde place se serait alors jouée aujourd’hui entre Dementieva et Schiavone, éliminant la Danoise de la course au titre. Autre conséquence, Wozniacki aurait dû suivre de près le parcours de Vera Zvonareva, seule joueuse capable de mettre en péril sa couronne mondiale.

Ce scénario idéal pour Dementieva et catastrophe pour Wozniacki se confirmait lors de l’entame de match.

La nouvelle star italienne démarrait tambour battant sa rencontre, s’envolant rapidement à 5-3, service à suivre. Là où les nerfs de toutes les joueuses du groupe ont craqué lors des moments décisifs, ceux de Schiavone ont résisté. En effet, elle claqua trois aces consécutifs pour s’assurer le premier set.

Au bord du gouffre, Wozniacki se réveilla par la suite (3-0) aidée par une Italienne moins percutante dans ses frappes. À sens unique, le second acte fut surtout marqué par la colère piquée par la bouillonnante Transalpine, furieuse contre le hawk-eye . Elle ne s’en remettra d’ailleurs jamais.

En début de 3e set, le niveau de jeu atteignait enfin les sommets attendus. La n°1 mondiale jouait enfin en patronne sauvant en 2h01 sa première place mondiale et sa place en demi-finale. “Francesca a très bien joué lors du premier set alors que j’ai retrouvé mon agressivité par la suite. Je suis soulagée de finir l’année n°1 mondiale. Je ne suis que la dixième à le faire...”



© La Dernière Heure 2010