Elise Mertens, 24 ans, n'avait jamais rencontré en simple Zvonareva, revenue sur le circuit après avoir donné naissance à sa fille Evelina en 2016. A 36 ans, la finaliste en simple à Wimbledon et à l'US Open en 2010, s'illustre désormais surtout en double où elle est classée 41e et vient de triompher à Flushing Meadows avec l'Allemande Laura Siegemund après avoir battu la N.1 belge au passage.

La Moscovite bénéficiait d'une invitation dans le tableau du simple en Autriche.

Mertens rencontrera une autre Russe Veronika Kudermetova (WTA 46) pour une place dans le dernier carré de cette épreuve en salle sur surface dure dotée de 202.250 dollars. La native de Kazan a éliminé jeudi la Néerlandaise Arantxa Rus 6-4, 1-6, 6-3.

Il s'agira d'une 3e rencontre entre elles. La Louvaniste de naissance a gagné les deux premières à Moscou en 2016 (6-7 (3/7), 6-4, 6-2) et à Cincinnati cette année (6-2, 6-3).

Elise Mertens était fatiguée mais satisfaite, ce jeudi soir. La Limbourgeoise, 24 ans, avait une nouvelle fois dû souquer ferme pour vaincre la Russe Vera Zvonareva (WTA 173), 36 ans, ex-n°2 mondiale. Elle s'est imposée 6-4, 5-7 et 6-2 après 2h32 et plus de 200 points disputés ! "Je fais des heures supplémentaires, oui, mais j'aime jouer au tennis", a-t-elle confié aux alentours de minuit à l'issue de sa qualification. "Je m'attendais à un match difficile. Zvonareva est une joueuse qui a énormément d'expérience et défend remarquablement bien. Elle ramène beaucoup de balles et commet assez peu de fautes. Elle est 173e mondiale, mais on peut facilement enlever le '1'. Il fallait vraiment que je hausse mon niveau pour la dépasser, surtout sur une surface assez lente, et c'est que je suis parvenue à faire à la fin. Je suis très contente de mon troisième set où j'ai mieux servi et été beaucoup plus entreprenante."

Ce vendredi, c'est une autre Russe, en la personne de Veronika Kudermetova (WTA 46), 23 ans, qu'Elise Mertens rencontrera pour une place en demi-finale. Il s'agira de la troisième confrontation entre les deux joueuses, la n°1 belge ayant remporté les deux premières, la dernière à Cincinnati - 6-2, 6-3 - cet été.

"Kudermetova est une fille qui sert bien et frappe fort dans la balle", a-t-elle poursuivi. "Elle joue toujours au même rythme et cherche à faire courir un maximum l'adversaire, peut-être parce qu'elle se déplace un peu moins bien. Il faudra que je sois au taquet. Mais bon, le plus important, ce sera surtout de parvenir à bien récupérer."