L'Allemand était scruté dans le désert californien. Et pas uniquement parce qu'il comptait parmi les favoris, dans une partie de tableau moins relevée que celle où se trouvent Daniil Medvedev et Rafael Nadal. Mais parce qu'il sort d'une grosse période de turbulences, pointé du doigt pour son comportement colérique sur le court.

Trois semaines après son coup de sang à Acapulco, où il avait été exclu du tournoi pour avoir frappé plusieurs fois la chaise de l'arbitre avec sa raquette, écopant ensuite d'une sanction clémente de huit semaines de suspension de toutes compétitions avec sursis par l'ATP (en plus d'une amende de 40.000 dollars en guise de première sanction), Zverev n'a en tout cas trahi aucun signe de nervosité.

Et ce malgré cette grosse contre-performance, face à l'Américain Tommy Paul (39e mondial), tout heureux de s'offrir une victoire de prestige 6-2, 4-6, 7-6 (7/2), et récompensé pour son jeu plein de culot, fait de retours gagnants et de montées efficaces à la volée, et pour sa ténacité quand Zverev semblait avoir repris le dessus.

Scénario frustrant

A ce titre, le scénario du match a eu de quoi frustrer l'Allemand, car il a servi pour mener 5-2 dans le troisième set. Et on l'imaginait alors se sortir d'un match piège.

Mais Paul, qui l'avait déjà battu lors de leur première confrontation, a su débreaker immédiatement en profitant d'un nouveau dérèglement au service de son adversaire, avant de le pousser au jeu décisif, durant lequel il a alors retrouvé son tennis agressif de la première manche.

L'Américain affrontera l'Australien Alex De Minaur (N.29).

Plus tôt, Rublev a franchi son 2e tour aux dépens de l'Allemand Dominik Koepfer (7-5, 6-4), en revenant dans le match après s'être fait breaker plusieurs fois, le combat durant 1h46.

Le Russe, qui reste sur deux titres glanés à Marseille puis Dubaï, tentera d'enchaîner un onzième succès de rang contre l'Américain Frances Tiafoe au prochain tour.

Berrettini a lui eu besoin de trois sets, 6-3, 4-6, 6-4, pour se défaire du Danois Holger Rune, issu des qualifications.

"C'était vraiment un match difficile. Je suis vraiment content, parce que je ne me sentais pas très à l'aise sur le court", a commenté l'Italien qui s'est appuyé sur ses points forts, le service (14 aces) et le coup droit (12 gagnants).

Raducanu n'y arrive pas

Autre tête de série éliminée, Félix Auger-Aliassime (N.9), qui a cédé 7-6 (7/4), 6-7 (4/7), 6-3 contre le Néerlandais Botic van de Zandschulp (47e mondial). Une mésaventure évitée au forceps par l'Argentin Diego Schwartzman (N.14), qui a renversé le Finlandais Emil Ruusuvuori 5-7, 6-3, 6-3.

Deux jours après avoir décroché sa 700e victoire sur le circuit, Andy Murray (88e) est lui tombé sur un mur en la personne du Kazakh Alexander Bublik (N.31), vainqueur notamment d'un gros bras de fer au tie-break 7-6 (11/9), 6-3.

Chez les femmes, Iga Swiatek (N.3), joueuse la mieux classée du plateau depuis l'élimination de la Bélarusse Aryna Sabalenka, a dû s'employer pour avancer en 8e de finale. La Polonaise s'est imposée 6-7 (3/7), 6-2, 6-1 face à la Danoise Clara Tauson.

Plus tôt, Emma Raducanu (N.13), lauréate surprise de l'US Open l'an passé, n'a pas passé son 3e tour, battue 6-7 (3/7), 6-4, 7-5 par Petra Martic. Face à la Croate, le combat fut intense et plein de rebondissements, mais après avoir été à deux points du match sur son service à 5-4, elle a été débreakée avant de céder une 8e fois son engagement et le match au bout de 2h49.

La Britannique de 19 ans, qui avait créé un retentissant exploit à Flushing Meadows où, issue des qualifications, elle s'était imposée sans perdre un set, a depuis énormément de mal à confirmer sur le court son statut de nouvelle star du tennis féminin.