C’est parti ! Le Tour de France a commencé et cette année promet d’être une édition spéciale. En raison du départ de la course à Bruxelles bien sûr, mais aussi en raison de l'absence de quelques favoris qui pourraient céder la place à un gagnant surprenant. En ce qui concerne le maillot vert ŠKODA, Peter Sagan est le favori. En quête d’un septième maillot, il pourrait établir un nouveau record. Suivez-le ici tous les jours.

Etape 11 : Albi - Toulouse

Après une journée de repos bien méritée, le Tour poursuit son périple entre Albi et Toulouse, un tracé plus court, en principe idéale pour des sprinters tels que : Elia Viviani, Dylan Groenewegen, Peter Sagan (portant le maillot vert de ŠKODA) et Caleb Ewan.

Immédiatement quatre attaquants se profilent en début de parcours : Lilian Calmejane (née à Albi), Anthony Perez (de Toulouse), Stéphane Rossetto et notre compatriote Aimé De Gendt (pas Thomas, mais Aimé de Wanty-Gobert). Les échappés se détachent tous les quatre, mais n'ont jamais plus de quelques minutes d'avance sur le peloton.

La bataille pour le vert se poursuit. Au sprint intermédiaire à Gaillac, c’est Viviani (juste derrière les quatre sprinters) qui domine Peter Sagan.

À 30 kilomètres de l’arrivée une chute intervient dans le peloton. Une trentaine de coureurs vont à terre. Niki Terpstra est fortement blessé. Le Néerlandais doit abandonner.

Le peloton s'approche des échappés. Aimé De Gendt offre la plus longue résistance, mais 5 km avant la fin, le dernier fuyard est également repris par le peloton ... avec Wout van Aert en tête.

Ce sera un sprint de masse des meilleurs. Dylan Groenewegen semble s'en sortir, mais cette fois, Caleb Ewan a les jambes les plus rapides. Il remporte sa première étape sur le Tour de France !


Etape 10 : Saint-Flour - Albi

Cette dixième journée du Tour s’annonçait une promenade tranquille. Une étape plate, idéale pour une arrivée massive au sprint. Un groupe de six coureurs s'échappe rapidement, mais le peloton garde le contrôle. À 30 kilomètres de l'arrivée, le vent devient soudainement violent. Les équipes NEOS et Deceuninck-Quick Step roulent vite et les roues des coureurs restent serrées.

Tout le monde n’est toutefois pas en alerte, pas même les coureurs plus chevronnés. Thibaut Pinot, George Bennett et Jakob Fuglsang, entre autres, ratent le coche et perdent plus d'une minute dans cette étape.

Les sprinters Elia Viviani, Caleb Ewan, Michael Matthews et Peter Sagan continuent à bien progresser à l’avant. Wout van Aert est également redevenu combattif. Les six favoris sont surpris et pris au piège au sprint final.

Wout van Aert réalise alors un exploit sur la ligne d'arrivée. Il gagne devant Peter Sagan, Elia Viviani et Caleb Ewan. C’est déjà la troisième victoire d'étape belge dans ce Tour. Au classement général, Julian Alaphilippe conserve le maillot jaune et le duo d'Ineos-Bernal se classe aux deuxième et troisième places. Demain, les coureurs pourront profiter d'une journée de repos bien mérité.

Les dix premiers jours du Tour en valaient déjà la peine !


Etape 9 : Saint-Etienne - Brioude

Ce 14 juillet est jour de fête nationale en France. Et, pour le peloton, cette étape à travers le Massif Central ressemble plus à un jour de congé. Mais, c’est une belle opportunité pour les attaquants de réaliser des victoires. Bien sûr, tous nos regards sont tournés vers Thomas De Gendt, mais aujourd'hui, ce sont d’autres Belges qui brillent sur scène : Tiesj Benoot, Oliver Naesen et Jasper Stuyven.

Ils sont dans un groupe de tête de quinze coureurs qui ont réussi à se dégager à l’avant du peloton et accumulent progressivement une avance de dix minutes. Invisible dans le Tour de cette année. Lukas Pöstlberger ne part qu’à environ 40 kilomètres de l’arrivée, mais c’est finalement Tiesj Benoot et le Sud-Africain Daryl Impey qui s’éloignent des autres favoris. Allons-nous entrevoir une troisième victoire d'étape belge? Non, car Dary Impey est trop fort face à Tiesj Benoot dans le sprint. Il remporte l’étape et Benoot doit se consoler avec le prix … de l'esprit sportif.

Plus de quinze minutes plus tard, le peloton arrive, Caleb Ewan et Peter Sagan en sprinters. Donc pas de vainqueur français aujourd'hui, mais Julian Alaphilippe conserve le maillot jaune.

Tour 8: Mâcon - Saint-Étienne

Avec sept montées, cette huitième étape s'annonce difficile. Malheureusement, Tejay van Garderen n’est plus dans la course. L’Américain a abandonné après sa chute d’hier. Le Tour vient tout juste de démarrer lorsque Thomas De Gendt voit sa chance s'échapper à nouveau. Il est rejoint par Ben King et Niki Terpstra. Alessandro De Marchi rejoint également le groupe, créant ainsi un quatuor roulant quelques minutes à l’avance.

En cours de route, Thomas De Gendt démontre à son coéquipier et maillot à pois, Tim Wellens, d’excellents résultats en récoltant de nombreux points dans les ascensions. Thomas De Gendt décide d'accélérer à environ 70 kilomètres de la fin. Terpstra et King abandonnent en premier. Seul De Marchi peut suivre le rythme.

Astana continue dans le peloton. Le maillot vert Peter Sagan est un peu à la traîne, mais parvient finalement à suivre le peloton, contrairement à d'autres sprinteurs tels que Caleb Ewan ou Dylan Groenewegen. Il reste 15 kilomètres à parcourir. Le favori, Geraint Thomas, est en train de fléchir. Cela en coûté au niveau de l'énergie à donner, mais l'équipe INEOS réussit à le ramener à l'avant.

Le peloton approche à une minute du duo de leaders et Thomas De Gendt décide de continuer seul sur les14 kilomètres dernier kilomètres. Cela devient passionnant ! Julian Alaphilippe - deuxième à six secondes de Giulio Ciccone - se démarque du peloton et emporte avec lui Thibaut Pinot. Ils se rapprochent à dix secondes de Thomas De Gendt. Quelle finale!

De Gendt n’en démord pas et remporte la deuxième victoire d'étape belge de ce Tour. Parcourir 200 kilomètres dans l'attaque et gagner, il la fait ! Pinot et Alaphilippe complètent le top trois. Sagan est toujours cinquième et compte déjà soixante points d'avance sur Michael Matthews (aujourd'hui quatrième). Alaphilippe est maillot jaune demain, jour de la fête nationale française.


Tour 7: Beffroi - Chalon-sur-Saône

Après la première étape de montagne, la plus longue étape de ce Tour est programmée : 230 kilomètres de Belfort vers Chalon-sur-Saône. Ce sont désormais les sprinters et leurs équipes qui sont mobilisés. Mike Teunissen (ancien maillot jaune) et Tejay van Garderen se crashent sur un rond-point, mais peuvent, heureusement, continuer. Le tracé plat se prête à un sprint de masse ou ... à une évasion. C'est du moins ce que pensent le duo français Yoann Offredo et Stéphane Rossetto, quelques minutes avant le peloton. Ils ne doivent cependant pas se faire trop d’illusions. Le peloton garde toujours le contrôle, sur le fil. Le duo est rattrapé à seulement quinze kilomètres de l'arrivée. C’est donc, un sprint de masse. Caleb Ewan de Lotto-Soudal est le plus fort et bat Peter Sagan. Malheureusement pour le sprinter australien, l'épaisseur des pneus de Dylan Groenewegen est la plus rapide. C’est la troisième victoire pour l’équipe Jumbo-Visma. Groenewegen avait été annoncé comme l’un des hommes les plus rapides du Tour. Il avait malheureusement chuté lors de la première étape.

Avec sa troisième place, Sagan marque des points utiles pour le maillot vert. Giulio Ciccone reste quant à lui en jaune. Tim Wellens conserve son maillot à pois et pourra faire ses preuves dès demain dans les nombreuses montées attendues.


Etape 6 : Mulhouse - La Planche des Belles Filles

Cela devient du sérieux ! Les coureurs doivent affronter, aujourd’hui, une solide première étape en montagne qui donne déjà quelques indications sur les rapports de force qui vont se jouer entre les favoris absolus de la course.

Au programme : sept plans inclinés, avec La Planche des Belles Filles en fin de parcours, une ascension qui offre une pente de 24% sur le dernier kilomètre non asphalté. Cela promet !

Après seulement quelques kilomètres, Thomas De Gendt montre son empressement à attaquer. Treize autres coureurs suivent sa foulée. Un groupe de quatorze cyclistes, dont pas moins de cinq Belges, se forme : Thomas De Gendt, Dylan Teuns, Tim Wellens (qui défend parfaitement son maillot à pois), Serge Pauwels et Xandro Meurisse.

À 20 kilomètres de l'arrivée, il reste quatre favoris en lice : Ciccone, Teuns, Wellens et Meurisse. Ciccone et Teuns sont les plus forts et grimpent ensemble au sommet de La Planches des Belles Filles. La Flandre est en fête : Dylan Teuns gagne l’étape ! C’est la première victoire d'étape belge sur le Tour. Ciccone est également récompensé : il endosse le maillot jaune d'Alaphilippe. Xandro Meurisse termine troisième devant Geraint Thomas. Un résultat qui nous démontre qu'il faudra compter avec lui pour la suite de la course.


Etape 5 : Saint-Dié-des-Vosges - Colmar

La première chaîne de montagnes est au programme, avec les Vosges. C’est une étape de transition idéale pour les attaquants et, entre autres, pour Tim Wellens, Greg Van Avermaet et Wout van Aert, potentiellement favoris.

Après quelques envolées manquées, quatre baroudeurs finissent par s'échapper: Mads Würtz, Simon Clarke, Tom Skujins et ... Tim Wellens. Notre compatriote gagne donc des points supplémentaires pour le classement de la montagne et conserve son maillot à pois.

L’équipe BORA-hansgrohe prouve que le slovaque Peter Sagan a de bonnes jambes. Le coureur garde un rythme tellement soutenu que des sprinters confirmés, tels que Dylan Groenewegen ou Caleb Ewan, ne savent plus suivre. Résultat : Peter Sagan s’impose devant van Aert et remporte cette étape. Il conserve aussi le maillot vert.

À 8 kilomètres de la fin, l’ancien champion du monde portugais Rui Costa tente le tout pour le tout dans un final peu propice à ce genre d’exploit, mais ce sera un sprint du peloton.

Peter Sagan est de loin le plus rapide. Il s’impose devant Wout van Aert qui commence son sprint un peu trop tard, mais termine donc quand même à la deuxième place.

C'est la première victoire pour Peter Sagan dans ce Tour. « La victoire vient à qui sait attendre », déclare-t-il fièrement après la course. Celui qui fait déjà de l’excellent travail en maillot vert ŠKODA, signe sa douzième victoire sur le Tour de France.


Etape 4: Reims - Nancy

Aujourd’hui, c’est l’occasion pour les sprinters de montrer ce qu'ils valent ! Un terrain presque plat s’offre à eux entre Reims et Nancy, l’occasion idéale pour des coureurs rapides comme Dylan Groenewegen, Caleb Ewan, Elia Viviani et, bien sûr, Peter Sagan, détenteur du maillot vert ŠKODA, de faire leurs preuves. Mais, l'ascension de la Côte de Maron va-t-elle provoquer un sprint collectif à 15 kilomètres de la ligne d'arrivée?

Michael Schär, Yoann Offredo et Frederik Backaert préparent leur envolée. Le peloton roule serré sur la Côte de Maron et le jeu des sprinters peut commencer. Lilian Calmejane s’essaie également dans les 11 derniers kilomètres. En vain. Lotto - Soudal (avec Caleb Ewan) le récupère.

Ce sera un sprint collectif ! Ewan et Sagan sont un peu trop loin, mais c’est le succès assuré pour Elia Viviani. Il bat Alexander Kristoff et remporte sa première victoire d'étape sur le Tour, après avoir remporté des étapes dans la Vuelta et le Giro. Deux victoires s’additionnent donc pour l’équipe Deceuninck - Quick Step : Julian Alaphilippe conserve également le maillot jaune. Elia Viviani monte à la deuxième place avec le maillot vert. C’est à se demander qui défiera Peter Sagan dans les prochaines semaines…


Tour 3: Binche - Épernay

Aujourd'hui, le Tour de France quitte notre pays, lors de la troisième étape Binche - Épernay, en direction de la Champagne française. Pour la première fois, les coureurs affrontent des routes très raides, avec, sur les 500 derniers mètres, une pente à affronter de 8%.

La compétition quitte donc la Belgique, mais c’est un Belge qui joue un rôle prépondérant dans cette étape. Tim Wellens fait partie des cinq favoris et décide de s’envoler à 48 kilomètres de l’arrivée. Il cumule suffisamment de points pour reprendre le maillot à pois à Greg Van Avermaet. Les hommes de Peter Sagan, cependant, collent de très près et font oublier la victoire d’étape à Wellens. Le maillot jaune Mike Teunissen n'arrive plus à suivre le rythme. Julian Alaphilippe s'échappe du peloton à 15 kilomètres de la ligne d'arrivée et n’est plus rattrapable. Gagnant de l’étape (et c’est le premier Français en cinq ans), il endosse le maillot jaune pour la première fois de sa carrière ! Peter Sagan termine cinquième et s'empare (définitivement?) du maillot vert. Au classement général, Wout van Aert (neuvième de cette étape) est aussi deuxième à vingt secondes d'Alaphilippe.


2e étape: contre la montre en équipe Bruxelles – Bruxelles

La deuxième étape du Tour sur le sol belge a de nouveau attiré, ce dimanche, une foule immense dans les rues de Bruxelles. Toutes les équipes s’étaient préparées à affronter ce contre la montre de 27 km, reliant Le Palais Royal à l’Atomium. Ce trajet le long des grandes artères bruxelloises, avec peu de virages, présageait d’une cadence effrénée. Quelle équipe allait être la plus rapide ? INEOS? Team Jumbo? Visma? Deceuninck - Quick Step? Ou, un outsider?

L’équipe INEOS conclu avec un superbe temps réalisé de 29’18’’ qui restera certainement un long moment dans les annales du cyclisme. Deceuninck - Quick Step était sur la bonne voie pour faire mieux, mais passe tout juste devant à moins d'une seconde. L'équipe Jumbo-Visma est la dernière équipe du trio avec un temps réalisé de 28'57 ”. Elle marque également le meilleur temps du classement. Ainsi, Mike Teunissen conserve le maillot jaune et le maillot vert, tandis que son coéquipier Wout van Aert monte immédiatement sur le podium lors de cette deuxième journée. En tant que coureur de l'équipe gagnante, bien sûr, mais aussi en tant que meilleur jeune. Ce Tour a donc déjà bien commencé pour Jumbo - Visma. Greg Van Avermaet (équipe du CCC) a le privilège de porter, quant à lui, le maillot à pois pendant une journée supplémentaire.


Etape 1: Bruxelles - Bruxelles

Ce samedi 6 juillet, le tout Bruxelles était mobilisé par le Tour. Eddy Merckx, vainqueur de son premier Tour il y a cinquante ans, accompagne les coureurs dans la ŠKODA SUPERB rouge du directeur de course, jusqu'au départ à Molenbeek-Saint-Jean. Dans cette étape de et vers Bruxelles, les sprinters ont immédiatement eu la chance de se démarquer. Peter Sagan, Caleb Ewan, Dylan Groenewegen et Elia Viviani figurent parmi les favoris de la victoire par étape et sont également les plus grands prétendants à la victoire du maillot vert ŠKODA.

Le téméraire Van Avermaet

Le public belge enthousiaste motive Greg Van Avermaet à décoller. Avec Xandro Meurisse, Natnael Berhane et Mads Würtz, il se dégage du peloton. L’objectif est clair : arriver en tête au mur de Grammont et au Bosberg (un mont des Ardennes flamandes) et décrocher le maillot à pois. Mission accomplie, à l'issue de laquelle Van Avermaet se laisse rejoindre par le peloton. Les autres sprinters se laissent rejoindre à 71 kilomètres de l’arrivée.

Deux kilomètres plus loin, à Les Bons Villers, c’est le premier sprint intermédiaire pour le maillot vert. Peter Sagan confirme clairement ses ambitions et gagne, devant Sonny Colbrelli et Greg Van Avermaet. Il ne reste que 52 kilomètres et Stéphane Rossetto part en solo. Dans le peloton, Jakob Fuglsang, candidat au podium, chute à 17 kilomètres de la fin.

Les coureurs regagnent Bruxelles via Woluwé-Saint-Pierre, où Eddy Merckx a grandi. Rossetto est rattrapé par le peloton à 9 kilomètres de l'arrivée. Direction le Palais Royal de Laeken pour le sprint final, avec les derniers 500 mètres des plus périlleux, à parcourir sur une pente de 4%. Le sprint est chaotique, en raison d’une grosse chute à l’arrière du peloton. Victime principale : Dylan Groenewegen. Pas de victoire d’étape et pas de maillot jaune pour le Néerlandais.

Le vert est au rendez-vous

Quelques instants plus tard, bonne nouvelle pour l'équipe Jumbo-Visma ! Mike Teunissen bat Peter Sagan dans le sprint final, devant Caleb Ewan. Pour la première fois en trente ans, un Néerlandais remporte le maillot jaune, mais pas le Néerlandais attendu. Teunissen décroche aussi le vert, mais Sagan fait déjà du bon travail et est à égalité de points. Greg Van Avermaet voit ses efforts de début de course récompensés par le maillot à pois. Caleb Ewan décroche le maillot blanc du meilleur jeune.


Pourquoi ŠKODA est si attrayant pour les cyclistes ? Découvrez-le ici.

Voitures, vélos et accessoires intelligents: découvrez comment ŠKODA soutient les cyclistes.