Belgique Lucile Garcia était âgée de 54 ans; Soraya Belkacemi avait 45 ans

Deux policières, toutes deux mamans, ont été abattues pour le simple fait qu’elles étaient policières.

Lucile Garcia était en effet entrée à la police de Liège sur le tard, en 2010. Elle était maman d’un garçon âgé de 25 ans. Lucile, que tout le monde appelait Kathy, était en fait originaire du plateau de Herve, de Soumagne précisément.

"C’était une femme fantastique", ont expliqué plusieurs collègues de la victime à nos confrères du Laatste Nieuws. "Elle ne méritait absolument pas ça."

La vie de Lucile Garcia n’a pas été un long fleuve tranquille, mais un parcours déjà jalonné de drames. Il y a dix ans, la malheureuse avait en effet perdu un fils, victime d’un terrible accident de la route. Elle avait toutefois rebondi en prenant une part active dans les activités de l’ASBL Parents d’enfants victimes de la route. Une femme engagée, une femme dévouée.

"Elle s’est mariée il y a un mois avec son partenaire, un autre collègue (NdlR : qui travaille à la police de la route) . Ils étaient en couple depuis quatorze ans et ils venaient de devenir grands-parents, ce dont ils étaient très fiers. Nous allons tout mettre en place pour soutenir au mieux son mari."

Soraya Belkacemi était quant à elle âgée de 45 ans. Elle était aussi en couple avec un policier, de la police locale liégeoise. C’est très jeune qu’elle est entrée à la police puisqu’elle y a fait son apparition en 1994, alors qu’elle n’avait que 21 ans. Et comme sa malheureuse collègue, elle avait aussi vécu son lot de drames. La dame était la maman de deux jumelles âgées de 13 ans. Les deux jeunes adolescentes ont perdu leur père, décédé en 2005.

"C’était une femme très dévouée également, qui se consacrait à son métier avec droiture, explique un collègue. Elle avait déjà vécu un drame mais avait su rebondir. Elle dépensait énormément d’énergie, notamment pour assurer la sécurité des enfants autour des écoles."

Les deux policières laisseront un grand vide au sein de la police liégeoise. La rédaction adresse ses plus sincères condoléances aux familles des trois victimes ainsi qu’aux collègues de Lucile et Soraya.