Belgique La Scancar, qui peut contrôler 20.000 voitures en stationnement par jour, débarque à Schaerbeek. Une première belge !

En ce qui concerne la régulation du stationnement, Schaerbeek a toujours eu une longueur d’avance. C’est dans cette commune de la Région bruxelloise que le premier horodateur du pays avait été installé au milieu des années 60. Schaerbeek figurait également parmi les premières localités à permettre le paiement d’une place de stationnement par SMS.

Rien de surprenant dès lors à ce qu’elle soit la première entité belge à faire rouler la Scancar, un véhicule doté de six caméras haute définition permettant le contrôle automatique de 20.000 voitures par jour. À partir du 15 juin, les zones bleues seront passées au crible. "Lors d’un premier passage, la Scancar enregistre les plaques tout en géolocalisant la position du véhicule à 30 cm près. Deux heures et demie plus tard, la voiture enregistre tous les véhicules qui n’ont pas bougé pendant cette période. Les plaques considérées comme suspectes sont envoyées sur le serveur et comparées avec la base de données riverains", explique Pablo Rauwers, administrateur-délégué de la société Rauwers qui gère le stationnement à Schaerbeek.

En octobre, la Scancar s’attaquera aux zones rouges (payantes pour tout le monde). Pour ce faire, il faudra adapter les horodateurs de façon à ce que les usagers puissent encoder le numéro de leur plaque d’immatriculation.

Dans un premier temps, ce sont toujours bel et bien des stewards qui constateront sur place qu’une voiture se trouve en défaut de paiement de ticket de stationnement ou de disque dépassé. Mais à terme, la Scancar permettra de dématérialiser complètement le processus : fini les papillons sur les pare-brise !

Cette nouveauté technologique ravit en tout cas les autorités locales. "Nous souhaitions, en effet, mettre en œuvre un contrôle plus efficace des zones bleues afin de protéger les riverains des véhicules ventouses, particulièrement les grands véhicules utilitaires, que ce soit en journée ou en soirée", indique l’échevin de la Mobilité Denis Grimberghs (CDH) qui souligne aussi des gains de productivité et espère, à plus long terme, une réduction des coûts liés au contrôle.

Est-ce que ce système pourrait voir le jour dans d’autres villes du royaume ? C’est en tout cas l’objectif de la société Rauwers même si celle-ci se montre plutôt réservée en ce qui concerne l’avenir. Vraisemblablement, la Ville de Bruxelles et la commune d’Uccle auraient montré de l’intérêt pour la Scancar.