Faits divers

La commune bruxelloise a hébergé une kyrielle de terroristes.

9 septembre 2001

Abdessatar Dahmane, l’un des deux assassins du commandant Massoud tué l’avant-veille des attentats du 11 septembre 2001, a longtemps séjourné à Molenbeek-Saint-Jean. Né le 27 août 1962 dans le sud de la Tunisie, il est arrivé en Belgique en 1987 pour y suivre des cours de journalisme à l’UCL et à l’ULB avant de fréquenter le Centre islamique belge, basé à Molenbeek, où prêchait un certain Cheikh Bassam Ayachi. Ce dernier avait d’ailleurs présenté à Dahmane la femme qui deviendra son épouse, Malika El Aroud. Dahmane a notamment côtoyé les islamistes Tarek Maaroufi et Farid Mellouk avant de partir pour l’Afghanistan en mai 2000.

16 mai 2003 et 11 mars 2004

Hassan El Haski a été condamné pour avoir été l’un des concepteurs des attentats de 2004 dans quatre trains de banlieue à Madrid (191 morts et 1.800 blessés). Selon la police belge, Hassan El Haski a séjourné "à Molenbeek, à une date indéterminée entre le 1er janvier 1997 et le 20 mars 2004". Il y était avec son frère Khalid Oussaih, autre membre du Groupe islamique combattant marocain, l’organisation armée islamiste sunnite affiliée à al-Qaida responsable des attentats de Casablanca en 2003 et de Madrid en 2004.

Avril 2011

Rachid Benomari de même que Mohamed Saïd et Mustapha Bouyahbaren ont été condamnés pour avoir participé aux actes terroristes des milices Al-Shabab en Somalie. Rachid Benomari a avoué être parti de Molenbeek-Saint-Jean en avril 2011 et avoir rejoint les camps des Al-Shabab en Somalie, où il est resté jusqu’en 2012.

Entre 2011 et 2013 Considéré comme le recruteur principal de "la filière syrienne" , le Molenbeekois Khalid Zerkani est accusé d’avoir tenté de convaincre de nombreux adolescents à la sortie des mosquées bruxelloises. Sa filière aurait réussi à envoyer une vingtaine de personnes vers la Syrie.

Mars 2013

Abattu sur l’autoroute A8 en mars 2013, Hakim Benladghem s’était installé à Anderlecht, à la limite de Molenbeek-Saint-Jean, où il cachait un véritable arsenal : kalachnikovs, fusils d’assaut, fusils à pompe mais aussi des cartouches au calibre hors norme, un bouclier anti-armes de guerre, des clous, des casques à visée nocturne, etc.

24 mai 2014

Mehdi Nemmouche, le Franco-Algérien de 29 ans accusé d’avoir commis l’attentat au Musée juif de Belgique, a vécu à Molenbeek-Saint-Jean pendant plus de six semaines avant de passer à l’acte, le 24 mai 2014. Il y a loué une chambre dans le centre de Molenbeek à un dentiste tunisien francophone.

Janvier 2015

Le cerveau présumé de la cellule démantelée à Verviers début 2015 vient lui aussi de Molenbeek-Saint-Jean. Son nom de guerre est Abou Omar Soussi. Son véritable nom est Abdelhamid Abaaoud. Bien connu des autorités, ce jeune Marocain de 27 ans originaire de Molenbeek où sa famille tient un commerce est parti en Syrie rejoindre les rangs de l’État islamique (EI). Abou Omar s’est fait connaître en Belgique quand il est apparu sur une vidéo sanglante postée en mars 2014. On l’aperçoit au volant d’un pick-up tirant quatre cadavres martyrisés, tués par les membres de l’EI. Il a également fait venir son petit frère Younes en Syrie, qualifié à l’époque par la presse anglo-saxonne de "plus jeune djihadiste de Syrie". Par ailleurs, les deux personnes abattues à Verviers habitaient elles aussi à Molenbeek.