Monde Pour les quatre activistes russes emprisonnés à la suite de leur interruption sur la pelouse du Stade Loujniki lors de la finale de la Coupe du monde, la joie aura été de courte durée.

Après leur interpellation, les quatre membres des Pussy Riot - qui réclamaient la libération des prisonniers politiques partout en Russie - ont été emprisonnés quinze jours. Une fois cette détention administrative terminée, nombreux étaient ceux qui les attendaient à la sortie de la prison pour les accueillir.

Mais la joie a été de courte durée. Comme le montre la vidéo, la police les arrête immédiatement pour les conduire à nouveau en détention. Comme l'indique le groupe sur Twitter, celle-ci est justifiée par l'article 20.2.2 du Code pénal, relatif à la l'organisation de manifestations publiques sans autorisation écrite préalable.



Ils encourent désormais jusqu'à dix jours de prison supplémentaires.